Elongation mollet et vélo

Que faire quand ça va pas?
Trim
Messages : 98
Inscription : 12 févr. 2013 10:58

Re: Elongation mollet et vélo

Message non lu par Trim »

Salut,

Mon petit retour d'expérience (beaucoup moins médical que Jean-Charles, juste mon vécu)

Le contexte: Sortie CAP à 3 semaines du Chtriman XL en 2014, manque de temps pour m’entraîner en général et cette séance en particulier, donc voulant "optimiser" (grosse erreur) je pars vite, premier raidillon pas encore bien échauffé, je pousse un peu fort et paf, douleur au mollet... la douleur est forte mais supportable (je peux poser le pied). Après avoir essayé de trottiner, j'ai préféré rentrer en marchant.

J'ai coupé 4 jours et j'ai repris natation (je nage quasiment sans les jambes donc pas de souci), puis après une semaine:
- vélo cool puis à allure IM (sans accélérations violentes).
- après un avis d'un médecin, j'ai commencé à faire des étirements, doucement
La dernière semaine avant la course (=2 semaines après l'événement) je n'avais plus de gêne du tout.

J'ai choisi de ne pas faire de test en CAP avant l'IM. Je ne vous cache pas la petite appréhension quand j'ai posé le vélo au parc, mais avec des chaussettes de compression, cela a tenu, j'ai fait mes 42 bornes sans que mon mollet me fasse souffrir...

...EN REVANCHE, j'ai traîné longtemps - et cela revient encore de temps en temps - une petite gêne à l'endroit de la douleur initiale à chaque sortie CAP. Je pense que la cicatrisation ne s'est pas faite parfaitement, en particulier parce que malgré la prudence, je n'ai pas été assez raisonnable en vélo.

Ce n'est que mon expérience

Avatar de l’utilisateur
jmboma
Messages : 7824
Inscription : 11 août 2007 10:58
Localisation : Villeurbanne
Contact :

Re: Elongation mollet et vélo

Message non lu par jmboma »

Trim a écrit :
...EN REVANCHE, j'ai traîné longtemps - et cela revient encore de temps en temps - une petite gêne à l'endroit de la douleur initiale à chaque sortie CAP. Je pense que la cicatrisation ne s'est pas faite parfaitement, en particulier parce que malgré la prudence, je n'ai pas été assez raisonnable en vélo.
Les lésions musculaires laissent toujours une trace. Contrairement aux fractures où il y a renforcement au point de fracture, le point de rupture musculaire est fragilisé ad vitam. C'est pourquoi on rencontre parfois des multiples rechutes d'année en année sur le même endroit.
Plus la lésion a été profonde et plus la trace est marquée. Ma déchirure intercostale m'a laissé une trace "fantôme" qui ne me quitte pas et me fait souvent levé le pied (le bras?) en natation.
Récits de courses :
http://jmbomablog.unblog.fr/

Répondre