T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Bonne humeur de rigueur, pour les sujets ne concernant pas le monde sportif merci de poster dans "...et plus si affinité".
91jean91
Messages : 167
Inscription : 11 janv. 2010 22:18

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par 91jean91 »

ironturtle a écrit :
91jean91 a écrit :Mon opinion : intervention disproportionnée de la police, mais à la base famille de "finis à la pisse", oui le son dans une salle de cinéma massacre les oreilles des tous petits, c'est le genre de famille à gaver toute la semaine leurs gosses de saloperies comme les frites, les surgelés gras et tous les aliments faciles à préparer et désastreux pour le corps, et cela sans remords.
Rends-toi utile plutôt. :wink:
http://mecenatcardiaque.aiderdonner.com/ironman
la tortue anticipe un triple pontage cardiaque ?
Avatar de l’utilisateur
Bryce
Messages : 24690
Inscription : 22 sept. 2005 09:21
Localisation : Ici et là

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Bryce »

91jean91 a écrit :
ironturtle a écrit :
91jean91 a écrit :Mon opinion : intervention disproportionnée de la police, mais à la base famille de "finis à la pisse", oui le son dans une salle de cinéma massacre les oreilles des tous petits, c'est le genre de famille à gaver toute la semaine leurs gosses de saloperies comme les frites, les surgelés gras et tous les aliments faciles à préparer et désastreux pour le corps, et cela sans remords.
Rends-toi utile plutôt. :wink:
http://mecenatcardiaque.aiderdonner.com/ironman
la tortue anticipe un triple pontage cardiaque ?
Le pontage tout comme l'infarctus n'entrent pas dans le secteur d'activite de Mécénat Chirurgie Cardiaque... :wink:
"Se trouver des excuses c'est perdre le temps précieux que l'on pourrait utiliser à persévérer"
"Do not fear death, fear an unlived life"
Avatar de l’utilisateur
Boulegan
Messages : 10481
Inscription : 10 févr. 2005 11:11
Localisation : Sud

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Boulegan »

Richie a écrit :Le problème à la base, c'est qu'en France, comme dans les pays latins en général, il y a un refus volontaire de se conformer aux règlements divers...bilan seul le répressif fonctionne (amendes...avec les radars...)
C'est faux et tu le sais.
Ce que tu écris, c'est la "fabrication du consentement" liée à l'insécurité et à la peur de l'autre construit depuis 25 ans dans ce pays, avec, comme corrélaire et exemple implacable - comme tu le cites :idea: - les radars au bord des routes.

L'idée de nos gouvernants, ce n'est pas de lutter contre l'insécurité, la délinquance et les trafics, mais de créer des paranoïas. Et, accessoirement, toute une série de lois et décrets inappliquables.

Si le but était réellement d'éradiquer les violences, les gouvernants auraient doté la police nationale et la gendarmerie de moyens humains et matériels conséquents.
Or, sur le terrain, on constate que les moyens humains n'ont eu de cesse de diminuer, la réforme de la gendarmerie (qui ne dépend plus seulement du Ministère de la Défense mais aussi celui de l'Intérieur) et la création des polices municipales ont permit de diluer les chiffres et les ressources, sans aucun résultat. Tout comme la videosurveillance dont on savait, bien avant d'en installer aux quatre coins des rues, qu'elles étaient inefficaces pour lutter contre l'insécurité, moins efficace en tout cas que des lampadaires (des études britanniques et US ont démontré qu'une rue bien éclairée la nuit réduit très sensiblement les actes de violence).

Sarko, toujours considéré aujourd'hui comme le Monsieur Sécurité après son passage remarqué au Ministère de l'Intérieur, n'a pas eu plus de résultats en matière d'insécurité que ses prédécesseurs ou ses successeurs.
Le problème de l'insécurité dans nos sociétes modernes est un sujet bien trop important pour le laisser entre les mains et le cerveau de rampailleurs de chaises comme Sarkozy qui nous font dans l'effet de manche et l'effet d'annonce à répétition.
La politique du chiffre voulu par notre président en terme d'insécurité est un fiasco, les syndicats de police ont été les premiers à la dénoncer et la condamnent encore car cette volonté élyséenne de faire du "résultat" est inapplicable sur le terrain par manque de moyens. Pire, cette politique mène indubitablement à des bavures ou des excès d'autorité comme celui du cinéma, objet de ce post.

Evidemment, quand ce genre d'excès est connu du grand public, les flics en prennent la gueule,injustement la plupart du temps. Je ne pense qu'à l'école de police, on enseigne aux jeunes recrues la théorie du fusible qui consiste à se prendre les coups à la place de nos gouvernants.
Mais avec un ancien préfet de police au poste de secrétaire général de l'Elysée, fallait pas s'attendre non plus à une police de proximité et un pays apaisé de ses peurs imaginaires.

La judiciarisation de la société et la multiplication des fichiers et des "directions centrales" dont j'ai parlé plus haut me font penser au Patriot Act 2 voulu aux Etats-Unis après les attentats du 11 septembre. Avec Patriot Act 2, les autorités US ont eu tous les pouvoirs pour soupçonner qui que ce soit sur le sol américain, espionnage, écoutes et filatures ont été menées tambour battant, souvent dans des dossiers n'ayant aucun rapport avec les attentats du 11-9. Aujourd'hui, même les Républicains dénoncent l'intransigeance, les abus et les errements de Patriot Act 2.

Non, les Musulmans de notre pays ne sont pas tous d'odieux intégristes qui obligent leur femme à porter la burqa (150 cas recensés en France selon le Ministère de l'Intérieur - c'est clair, ça mérite un vrai débat de société :roll: ), non, les jeunes ne sont pas tous des drogués qui ne pensent qu'à tout casser et à boire, non les flics ne sont pas tous des brutes sanguinaires électrisées de haine contre l'Etranger, non les altermondialistes ne sont pas tous des crypto-anarchistes et terroristes enclins à faire dérailler les trains.

Si, dans ce pays, on commençait à cesser de se renvoyer nos craintes de l'autre et nos violences à travers la gueule, le débat y gagnerait en clarté et le lien social y gagnerait en solidité. :arrow:
"Etre beau et bien habillé est indispensable. Avoir un but dans la vie ne l'est pas." Oscar Wilde
beginner
Messages : 77
Inscription : 15 avr. 2005 19:18

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par beginner »

Hello

Pour en revenir au sujet de départ, je n'aurais jamais eu l'idée d'emmener mes enfants au ciné à cet âge là (1° séance vers 5-6 ans de mémoire) :
de 2 choses l'une : soit le gamin vis sa vie de petit de 2 ans et em----- tout le monde en criant dans le meilleur des cas et le fait de faire subir ça à toute une salle est un signe de sans gêne assez typique de nos concitoyens, soit il reste bien sage et tranquille pendant les 2 h du film et je pense que ça signifie qu'il est déjà bien décérébré et attaqué par les heures de télé et jeux vidéo qu'il pratique assidûment. Perso, mes enfants, à 2 ans, même leurs vidéos préférées, ils les regardaient par tranche de 15-20 min gros maximum, après ils retournaient jouer car ils en avaient marre, et ils préféraient inventer des histoires plutôt que faire que "gober" celles écrites par des autres...
Avatar de l’utilisateur
ironturtle
Messages : 49996
Inscription : 23 oct. 2006 09:06
Localisation : Sous ma carapace.

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par ironturtle »

91jean91 a écrit :
ironturtle a écrit :
91jean91 a écrit :Mon opinion : intervention disproportionnée de la police, mais à la base famille de "finis à la pisse", oui le son dans une salle de cinéma massacre les oreilles des tous petits, c'est le genre de famille à gaver toute la semaine leurs gosses de saloperies comme les frites, les surgelés gras et tous les aliments faciles à préparer et désastreux pour le corps, et cela sans remords.
Rends-toi utile plutôt. :wink:
http://mecenatcardiaque.aiderdonner.com/ironman
la tortue anticipe un triple pontage cardiaque ?
Non.
Si tu avais suivi le lien, tu aurais eu la réponse à ta question. :wink:
"Il n'est de plus grand malheur que de laisser mourir le rire dans ton coeur"
Avatar de l’utilisateur
Richie
Messages : 4669
Inscription : 30 janv. 2005 08:34
Localisation : Sur mes cannes anglaises...

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Richie »

Richie a écrit :
jmboma a écrit :
Raph a écrit :Malheureusement je te crois quand au fait de se laisser aller.... autant tu mange du sport pendant l'année de formation, autant après tu peux te laisser pousser le ventre... d'ailleurs il y a eu des problèmes avec des gars bien sédentaires qui étaient en mauvais état cardiaque vers 50 ans... Alors malgré les tests anuuels, le sport en unité de terrain c'est si tu veux, si ton commandant d'unité aime ça et te laisse des créneaux et sur ton temps libre....

:oops:
C'est surprenant qd même :| . Les policiers et gendarmes de terrain n'ont pas d'entrainement régulier? Les sapeurs pompiers ont me semble t il 2 heures par jour pour s'entrainer.
Assez logique en fait : contrôle routier, surveillance en bagnole, accidents...rien de très sportif par rapport à des pompiers qui doivent grimper aux échelles, passer par des fenêtres (faut pouvoir passer... :lol: ).

Par contre le Raid, le GIGN...eux ils sont sportifs car activité sportive = leur boulot :!:

Par contre le plus inquiétant, c'est le nombre d'heures de tir par an dans la police : très faible et là bon, il vaudrait mieux que les gars sachent tirer correctement :idea:
Et bien voila, la maîtrise des "armes", c'est FONDAMENTAL :D :shock: :lol:
L'histoire ne dit pas s'il était en pyjama, comme la collégienne gardée à vue :shock:

http://www.lemonde.fr/web/imprimer_elem ... 444,0.html

Un gendarme "tase" par inadvertance un collégien
LEMONDE.FR avec AFP | 09.02.10 | 16h51 • Mis à jour le 09.02.10 | 17h22


n collégien participant au forum des métiers de Dole a reçu un coup de taser de la part d'un gendarme maladroit, qui manipulait l'arme et qui a été sanctionné par la suite. Selon la gendarmerie l'incident a eu lieu lors du forum des métiers au lycée Mont-Roland de Dole le 28 janvier lorsqu'un un gendarme a fait la démonstration du Taser à un groupe de collégiens. Un jeune de 15 ans, originaire de Côte-d'Or, a été atteint par une décharge électrique.


D'après la gendarmerie, l'élève a été "légèrement touché". Il est néanmoins resté une nuit en observation à l'hôpital et en est ressorti "sans séquelles", a-t-elle précisé.

"Nous avons un gendarme qui a commis une erreur, nous assumons, et il fera l'objet d'une sanction interne pour avoir déclenché un tir alors qu'il ne devait pas", a déclaré le lieutenant colonel Hervé Mange, du groupement de gendarmerie du Jura. "Cette sanction administrative s'ajoute à sa sanction morale : il s'en veut énormément", a-t-il assuré. Une enquête a été ouverte au sein de la gendarmerie.
Avatar de l’utilisateur
Raph
Messages : 1772
Inscription : 18 mai 2004 20:24
Localisation : Saint Tropez

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Raph »

Quel intérêt à présenter le TEASER lors d'un forum de collègiens ??? Sachant que le but de ces forums c'est le recrutement, est ce qu'il n'y a que les armes pour que des jeunes aient envie de venir faire ce job ? Si en plus c'est Régis qui fait la démonstration !!!

:shock:
Quand on est mort on ne le sait pas, c est pour les autres que c est difficile.... Quand on est con c est pareil.....
Avatar de l’utilisateur
casque-A-pointe
Messages : 448
Inscription : 17 août 2009 22:05

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par casque-A-pointe »

Boulegan a écrit : C'est faux et tu le sais.
Ce que tu écris, c'est la "fabrication du consentement" liée à l'insécurité et à la peur de l'autre construit depuis 25 ans dans ce pays, avec, comme corrélaire et exemple implacable - comme tu le cites :idea: - les radars au bord des routes.
Et pour cause si on se référe à la pyramide de Maslow qui identifie les besoins fondamentaux de l'homme, sur le plan moral , social , privé et professionnel, on se rend compte que le besoin de sécurité est au second niveau de la pyramide ,qui en comporte 5

Image

Hors selon Maslow , il faut gravir les niveaux les uns aprés les autres pour accéder au sommet , l'accomplssement de soi meme .
En créant de l'insécurité , l'homme ne cherche qu'une chose établir l'équilibre pour accéder au niveau supérieur .

En bref plus on est en insécurité , plus nous sommes asservie .
NickTheQuick
Messages : 9402
Inscription : 06 déc. 2003 17:09
Contact :

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par NickTheQuick »

casque-A-pointe a écrit : En bref plus on est en insécurité , plus nous sommes asservie .
Plus on est en insécurité ou plus on nous en donne le sentiment ?

Nick
Avatar de l’utilisateur
casque-A-pointe
Messages : 448
Inscription : 17 août 2009 22:05

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par casque-A-pointe »

NickTheQuick a écrit : plus on nous en donne le sentiment
CQFC , mais les 2 sont valables .
Avatar de l’utilisateur
Richie
Messages : 4669
Inscription : 30 janv. 2005 08:34
Localisation : Sur mes cannes anglaises...

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Richie »

casque-A-pointe a écrit :
NickTheQuick a écrit : plus on nous en donne le sentiment
CQFC , mais les 2 sont valables .

Ce livre de RUFFIN répond à vos questions existentielles :D

http://fr.wikipedia.org/wiki/Globalia
Globalia
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercherGlobalia est un roman d'anticipation, une contre-utopie de Jean-Christophe Rufin publié en 2004. En Folio, ISBN 2-07-030918-5

Argument [modifier]
L'action se déroule dans un futur daté précisément (première partie, chapitre 3) juillet 27 de l'ère globalienne. On n'en sait pas plus, si ce n'est que l'ère globalienne est postérieure à la nôtre. Une sorte d'État mondial, Globalia assure à ses citoyens la sécurité, la prospérité et une certaine forme de liberté. À partir du moment, bien sûr, où ils ne remettent pas en cause le système. Les zones sécurisées sont principalement situées dans l'hémisphère nord, tandis que les non-zones, surtout dans l'hémisphère sud, sont réputées inhabitées et servent de refuge à des populations que le pouvoir central qualifie de "terroristes". Baïkal, un jeune globalien, cherche à fuir cette société qui lui pèse.

Analyse [modifier]
Globalia est une fable politique, dans la lignée du Meilleur des mondes ou de 1984. Le roman dénonce ce que pourrait devenir notre société mondialisée si certaines de ses tendances étaient poussées à leur paroxysme : fracture définitive entre les riches et les pauvres, dépolitisation totale, ignorance de l'histoire, hédonisme individualiste, peur obsessionnelle du terrorisme, des risques écologiques et de la paupérisation utilisée comme facteur de cohésion sociale, contrôle de l'information et de la force publique par un oligopole de sociétés multinationales.

Après avoir écrit des essais sur le tiers monde, les relations nord-sud, les questions humanitaires et des romans historiques, Jean-Christophe Rufin a cherché avec ce roman à réunir ses deux formes de production littéraire. Il s'agit, sous forme romanesque, d'une sorte de synthèse de ces précédents essais. Il précise son propos à la fin de la post-face : S'agissant du futur, un roman peut tout au plus contribuer à ce que le lecteur conserve une défiance légitime. Les avenirs radieux, quels qu'ils soient, même quand ils viennent à nous sous les dehors souriants de l'individualisme démocratique, sont à accueillir la tête froide. (p. 496)

Citations [modifier]
Certes, les choses que l'on ignore ne nous manquent pas et pourtant, à leur manière, elles sont là et exercent sur nous une influence. (I-7)
Croyez-moi, un bon ennemi est la clef d'une société équilibrée (I-7)
Chaque fois que les livres sont rares, ils résistent bien. À l'extrême, si vous les interdisez ils deviennent infiniment précieux. Interdire les livres, c'est les rendre désirables. Toutes les dictatures ont connu cette expérience. En Globalia, on a fait le contraire : on a multiplié les livres à l'infini. On les a noyés dans leur graisse jusqu'à leur ôter toute valeur, jusqu'à ce qu'ils deviennent insignifiants. (III-5 folio p. 277)
La procédure est toujours la même [...]. Il faut laisser l'histoire de côté. Le plus important, c'est de choisir qui a tort. [...] On observe attentivement les deux camps qui s'affrontent et on voit comment chacun s'y prend. Il y en a toujours un qui est plus insolent, plus agressif, moins adroit. On déclare que celui-là est le méchant. Peu importe qu'il ait tort ou raison en réalité. Après, on met la machine en route. Tout doit être utilisé pour noircir le méchant : les écrans l'accusent de voler, de violer, de piller, etc. Et l'autre, le gentil, on vous l'habille vite fait en parfaite victime. Ce n'est pas très difficile de commander quelques bons reportages sur les femmes et les enfants qui souffrent. [...] Ensuite, on vous rend le tout, mon général, et vous n'avez plus qu'à taper sur le méchant et à envoyer l'aide humanitaire à la victime. (III-7 folio p. 298-299)
:idea: La liberté c'est la sécurité, la sécurité c'est la surveillance, donc la liberté c'est la surveillance.() 8)
Avatar de l’utilisateur
alecbrac
Messages : 1760
Inscription : 14 janv. 2005 16:37
Localisation : Paris

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par alecbrac »

Richie a écrit : :idea: La liberté c'est la sécurité, la sécurité c'est la surveillance, donc la liberté c'est la surveillance.() 8)
Joli syllogisme à transmettre d'urgence à F. Lefevre ! 8)
Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou.
Avatar de l’utilisateur
Richie
Messages : 4669
Inscription : 30 janv. 2005 08:34
Localisation : Sur mes cannes anglaises...

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Richie »

alecbrac a écrit :
Richie a écrit : :idea: La liberté c'est la sécurité, la sécurité c'est la surveillance, donc la liberté c'est la surveillance.() 8)
Joli syllogisme à transmettre d'urgence à F. Lefevre ! 8)
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_elem ... 604,0.html

Loppsi 2 : "Vous êtes en train de faire le hold-up de l'année"
LEMONDE.FR | 10.02.10 | 10h21 • Mis à jour le 10.02.10 | 15h20


Ce sont deux philosophies et deux stratégies qui se sont affrontées, mardi, lors de l'ouverture des débats sur la loi de programmation et de performance pour la sécurité intérieure (Loppsi). D'un côté, les représentants de la majorité ont martelé la nécessité de moderniser les moyens dont disposent les forces de l'ordre, et mis en avant la baisse des chiffres de la délinquance depuis 2002. De l'autre, des députés de l'opposition ont souligné un bilan en trompe-l'œil, avec une hausse des violences contre les personnes, et dénonçant un "mirage technologique" qui ne saurait remplacer les moyens humains.


"Avant d'investir dans le dernier-cri technologique, le bon sens voudrait qu'on donne aux policiers et gendarmes les moyens matériels de base", a par exemple estimé Delphine Batho (PS), notant que "tous les commissariats et toutes les gendarmeries ne sont pas encore connectées en haut débit." Plus généralement, l'opposition reproche au gouvernement de couper dans les effectifs, et l'accuse de vouloir "privatiser" en partie la sécurité. "Vous êtes en train de faire le hold-up de l'année : vous avez vidé les caisses, supprimé en trois ans neuf mille fonctionnaires et gendarmes, et vous demandez aux mairies et aux sociétés privées de payer des caméras", s'est emporté M. Pupponi (PS).

Pour le gouvernement, il s'agit simplement de poursuivre dans la veine de la première loi Loppsi, votée en 2002, et qui pour l'UMP a contribué à la baisse des chiffres de la délinquance. Le texte, très touffu, prévoit en effet de nouveaux moyens judiciaires et techniques pour les forces de l'ordre, allant de la possibilité d'utiliser des mouchards informatiques pour la lutte contre le crime organisé au durcissement des peines pour de nombreux délits.

Les députés de la majorité se sont pourtant concentrés sur un petit nombre d'articles et d'amendements. Brice Hortefeux, présent tout au long des débats, a particulièrement insisté sur deux amendements introduits en commission des lois : la possibilité pour les préfets d'instaurer un couvre-feu pour les mineurs de 13 ans ; le durcissement des peines pour les vols avec violences à l'encontre des personnes âgées ou vulnérables.

Une dérive "électoraliste", pour le député Verts Noël Mamère, qui souligne que "c'est le dix-septième texte sur l'insécurité voté depuis 2002. Les décrets d'application de la plupart d'entre eux n'ont même pas été publiés". Même son de cloche pour le député (PCF) Patrick Braouezec, pour qui les lois inspirées par des faits-divers comportent un risque de dérives : "Ce n'est ni dans l'urgence, ni dans l'émotion que les libertés individuelles peuvent être protégées."

"LIBERTÉS INDIVIDUELLES"

Le débat sur l'extension de la vidéosurveillance, longuement évoqué, en a été l'emblème : d'un côté, des députés de gauche dénonçant un risque de dérive, de l'autre des députés de la majorité critiquant une posture "idéologique". Deux visions qui se retrouvent également dans le choix des mots : si l'opposition continue de parler de "vidéosurveillance", :D la majorité tente d'imposer le terme "vidéoprotection".
:D
Le débat semble parti pour durer. Alors que l'examen détaillé du texte doit commencer cet après-midi, la gauche a d'ores et déjà prévenu qu'elle comptait suivre son propre agenda sur les questions de securité, notamment en mettant l'accent sur la multiplication du nombre de gardes à vue ces dernières années.



Damien Leloup
Avatar de l’utilisateur
Kenzo
Messages : 15480
Inscription : 07 sept. 2006 14:03
Localisation : ABC NEWS !!!

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Kenzo »

On a un gouvernement qui agit sur l'insécurité et non sur l'économie enfin bref... :roll:

Malaise autour de la garde à vue, "calomnie" selon les policiers

Image

Après le ministre de l'Education Luc Chatel, plaidant pour une limitation de ce pouvoir policier, la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie a confirmé au Sénat sa volonté d'une réforme, tandis que des personnalités de gauche et les défenseurs des droits de l'homme demandent davantage.

Furieux des attaques dont ils estiment être l'objet, les policiers affirment qu'ils ne font qu'appliquer les textes actuels et refusent d'endosser la responsabilité de la hausse impressionnante des gardes à vue en France.

Le Syndicat national des officiers de police (SNOP, majoritaire) menace ainsi d'appeler les fonctionnaires à demander le retrait de leur habilitation judiciaire, mesure susceptible de paralyser le fonctionnement de la justice.

Dans un communiqué, le SNOP dénonce la "classe politique" et les "lobbies pour la plupart instrumentalisés par des avocats" qui s'acharnent, selon lui, sur les policiers et gendarmes.

Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie, proche de l'UMP, ne croit pas à l'efficacité d'un tel retrait mais appelle le gouvernement et les politiques à sortir de l'ambiguïté.

"On veut un message de soutien des plus hautes autorités de l'Etat, très ambiguës jusqu'à présent, et des règles claires", a-t-il dit à Reuters.

Selon lui, la remise en cause des gardes à vue provoque une "insécurité juridique" pour les policiers, qui pourraient "lever le pied" au détriment des victimes. Patrice Ribeiro dénonce également le silence des magistrats.

"OBLIGATION DE RÉSULTATS CHIFFRÉS"

Les défenseurs des droits de l'homme appellent au contraire le gouvernement à se saisir réellement du problème.

"Je pense que nous perdons la tête", a déclaré sur Europe 1 Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l'homme.

Il juge illicite le placement en garde à vue et en cellule toute une journée, le 3 février à Paris, d'une jeune fille de 14 ans, emmenée en survêtement au commissariat et menottée, selon sa version, pendant son transfert à une visite médicale.

Deux autres "suspects" adolescents d'une bagarre à la sortie d'un collège du XIXe arrondissement ont été arrêtés dans l'établissement et disent aussi avoir été menottés.

"On n'a pas à mettre en garde à vue des gens pour des affaires aussi bénignes que celles-là", a dit Jean-Pierre Dubois.

Il juge inutile la proposition répétée par la ministre de la Justice au Sénat dans la nuit de mardi à mercredi, qui propose de créer une nouvelle procédure d'audition de quatre heures hors garde à vue pour les faits mineurs.

La police, a rappelé Jean-Pierre Dubois, n'est jamais obligée de placer une personne en garde à vue, et a toujours la possibilité d'interroger quelqu'un sans contrainte, notamment lorsque les "suspects" sont des enfants.

Les policiers rétorquent que la garde à vue est "le seul espace de droit actuel", protégeant aussi bien les gardés à vue que les fonctionnaires.

La garde à vue permet aux policiers de garder toute personne pendant une durée de 48 heures pour des affaires de droit commun. Le chiffre officiel est de 577.816 gardes à vue en 2008, une augmentation de 35% par rapport à 2003.

Il faut cependant y ajouter les gardes à vue pour infractions routières, toujours comptées à part, et le chiffre global annuel serait donc autour de 800.000.

La préfecture de police et la direction de la police parisienne ont répliqué mardi en expliquant que la procédure avait respecté les droits de la jeune fille de 14 ans.

"Les policiers mis en cause sont très amers, les faits ont été complètement déformés", a dit Patrice Ribeiro.

Les avocats français tentent depuis plusieurs mois d'obtenir un accès plus grand aux interrogatoires et à la procédure de garde à vue en sollicitant des annulations des tribunaux.

Ils s'appuient sur des arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme visant la Turquie, mais le ministère conteste que ces arrêts remettent en cause le droit français.

Image
I don't ride a bike to add days to my life. I ride a bike to add life to my days !!!
Pifou, Carrot's Slayer
Messages : 91
Inscription : 13 déc. 2005 12:36
Localisation : Toulouse

Re: T'as pas trois ans, t'oublies la princesse

Message non lu par Pifou, Carrot's Slayer »

Au sujet de l'augmentation du nombre de gardes à vue, vous pouvez écouter ça http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1845.
Glop, Pas Glop...
Répondre