triathlon Natureman 2014

Annonces, infos, résultats et lives sur toutes les courses! Vos comptes rendus de courses sont aussi les bienvenus!
chriscool06
Messages : 70
Inscription : 13 déc. 2012 13:22

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par chriscool06 »

ALLEZ NICE !!!
ALLEZ LE GYM !!!

Private joke to PAKI

C'était ma première : superbe épreuve, super orga. Bravo

Seul bémol : les tatoo. C'est super beau (sauf si on se rase pas les jambe) mais super chiant à enlever.
Etienne73
Messages : 18
Inscription : 27 août 2011 08:38

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Etienne73 »

Super parcours, super organisation, super bénévoles !!
Un gros point noir cette année : le DRAFTING !! J'ai eu l'impression de me retrouver sur une cyclosportive. :twisted:
1200 bonhommes (-80 filles à la louche) ça ne pouvait pas se passer autrement. Le parcours est déjà optimisé pour éviter ça (des bosses tout le long du parcours et surtout dès le début), je pense que la seule solution est un départ par vagues.
Augustin
Messages : 353
Inscription : 03 janv. 2005 16:26
Localisation : Guermantes

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Augustin »

Tres belle édition une fois de plus, ayant eu la chance de faire les deux premières.
Etienne je te rejoins, un départ par vagues serait souhaitable car hier, 120 filles départ ok mais 1080 mecs qui déboulent derrière...c'était la boucherie!

A vélo en effet le drafting a été la désagréable surprise (seulement 9 DSQ dans le classement), et certains sont prêts à tout en terme de prise de risque (descentes sans visibilité sur route ouverte, à contresens...)

En tout cas bravo aux bénévoles, toujours souriants et efficaces, ils ont fait un super boulot
Je dis ce que je pense et je fais ce que je dis: L'IM une fois que l'on y a goûté...
francky48
Messages : 2874
Inscription : 26 nov. 2008 16:21

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par francky48 »

Pakinator a écrit :Dossard 485 pour moi, tenue PHAEurope - HTAPFrance (les poumons) pour moi.
Bonne course à tous, la météo sera une surprise !
Salut Paki
Vu ton vélo garé devant un bistrot mais toi je t'ai pas vu. :wink: Ca c'est bien passé ?
Alharmo
Messages : 41
Inscription : 10 août 2014 23:13

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Alharmo »

Superbe épreuve, bravo aux bénévoles !
Par contre, après 2 halfs qui se sont super bien déroulés, je viens de me rendre compte de ce que ça fait de participer à une telle épreuve sans entrainement pendant 1 mois et 6kgs de plus sur la balance !! UNE BOUCHERIE, j'ai souffert comme jamais.
Et comme tous ceux qui ont fini aux dernières places, on s'est pris un orage terrible au 60ème km avec une grêle impressionnante... et moi en T-shirt j'ai cru mourir de froid.
Bref tout était top sauf la météo pour les derniers en vélo.
Avatar de l’utilisateur
Pakinator
Messages : 1762
Inscription : 20 août 2010 07:16
Localisation : NICE

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Pakinator »

francky48 a écrit :
Pakinator a écrit :Dossard 485 pour moi, tenue PHAEurope - HTAPFrance (les poumons) pour moi.
Bonne course à tous, la météo sera une surprise !
Salut Paki
Vu ton vélo garé devant un bistrot mais toi je t'ai pas vu. :wink: Ca c'est bien passé ?
Tu veux dire au bistrot ?? :D
J'étais au briefing, au bistrot c'était tous les potes de Cagnes, ils avaient l'oeil sur le vélobleu !
A part ça, pour moi tout s'est bien déroulé, le super orage, avec la grêle et tout, c'était rafraichissant, vu que ça commençait à chauffer dans la montée de Bauduen, il est assez bien tombé finalement, mais bon c'était très violent tout de même.
Je préparerai un compte rendu plus complet, pour bientôt :wink:
Le vélobleu pour faire du triathlon ? Le site de l'association soutenue par cette action : http://www.htapfrance.com/new.asp
LIFE'S A RACE
superpimpin
Messages : 75
Inscription : 22 juil. 2014 21:40

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par superpimpin »

Comme vous, super parcours et super organisation en plus j'ai juste eu un peu de pluie dans la dernière descente donc rien de bien méchant. Concernant le drafting, ce n'est que mon 3ème triathlon mais je n'ai pas trouvé cela pire que le M de Bourg en Bresse par exemple qui est un peu comparable en termes d'affluence (M avec 500 concurrents). De toute façon je pense que dès que l'affluence est supérieure à un certain seuil, le drafting est inévitable puisque 80% des concurrents sortent de l'eau en l'espace d'environ 10 minutes.
Seul point négatif: pas de vraie bière à l'arrivée :wink:
Augustin
Messages : 353
Inscription : 03 janv. 2005 16:26
Localisation : Guermantes

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Augustin »

Hello, pour ceux que ça tente, mon CR de cette édition:



Dimanche 5 octobre 2014
3ème édition du Triathlon Longue Distance du Verdon « NatureMan »
Mon seul et unique triathlon de l’année (!), mais qui compte beaucoup pour moi ayant eu la chance de participer aux deux premières éditions, et comme on dit, « jamais deux sans trois»…
Je suis ici grâce à mon partenaire des deux années précédentes, Renault, via son concessionnaire local qui a la gentillesse et la générosité de me faire bénéficier de l’inscription et de l’hébergement (royal on peut le dire !)
J’aurai à cœur de porter haut ses couleurs en espérant réaliser une bonne course et viser si possible le graal : moins de 5h (30 min de natation / 2h55 de vélo / 1h30 de course à pied). Objectif carrément ambitieux en fait, mais comme qui ne tente rien n’a rien 
Les deux dernières éditions j’avais bouclé l’épreuve en 5h13 et 5h24, mais déçu en 2013 et insuffisamment entraîné, donc cette année ça se tente !
A la veille de la course, sur 9 mois complets je totalise :
97 km de natation (22 km en 2013, si si c’est possible !)
1 574 km de vélo (1 285 km en 2013, passable) avec 1 sortie longue de …65 km 
914 km de course à pied (415 km en 2013, une honte!)
Avec un total de 152 heures
En terme d’équipement cette année, pas de révolution, je compte sur mes habituels souffre-douleur 
Pour le vélo, mon fidèle destrier : Orbéa Orca monté comme l’an passé avec les Xentis à boyaux et une cassette « pour monter aux arbres » : 12-27 associée au compact 34*50. L’an dernier cette association avait bien fonctionné, donc bis-repetita ! Pour la course à pieds, ma nouvelle paire de New Balance (trail cette fois-ci) et trifonction IM que j’ai enfin fini par trouver !!! Et toujours cette bonne vieille Bionik pour nager.
Logistiquement parlant, plan arrache car arrivée sur place le samedi de Paris en TGV, location de voiture depuis la gare TGV d’Aix en Provence et je file vers le Verdon (près de 2h de route) pour arriver sur place en fin d’après-midi (Ekiden fini depuis belle lurette) et juste à l’heure (18h) pour le briefing du LD.
L’épreuve LD atteint 1 200 inscrits, preuve de son succès (800 personnes en 2012 et 1 000 en 2013) et du bouche à oreille qui fonctionne chez les triathlètes pour cette course de fin de saison.
Passage par le stand de retrait des dossards, marquage traditionnel bras et mollet, et mise en conformité avec le pass journalier FFTRI (je ne suis plus licencié depuis des années). Sympa l’organisation a prévu un sweat-shirt pour nous changer des cadeaux habituels.
Diner tranquilou avec mon sponsor, la seule pression est celle qui est sur la table (), tout roule.
Je file préparer tranquillement mon bazar à l’hôtel: remonter le vélo, installer la sacoche de selle, mettre en place les gels, préparer la boisson énergétique, le bidon avec outil et bombe anti-crevaison (pas de boyau de rechange, trop chiant à changer), et boucler le sac de transition…on ne le dira jamais assez, le triathlon est un sport de logistique, chaque détail a son importance et un grain de sable peut vite perturber le bon déroulement de l’épreuve.
D-day :
Lever pas si tôt car l’hôtel est à quelques centaines de mètres du départ, donc j’en profite et dehors, il caille !
J’ingurgite mon demi-Gatosport règlementaire, et déjà songer à l’hydratation malgré les yeux encore en mode nuit. Je me répète mentalement les transitions & besoins liés à chaque discipline pour vérifier que je n’ai rien oublié, car une fois dans le parc à vélos, il sera trop tard.
Gestes autrefois familiers, mais force est de constater que désormais ces gestes le sont de moins en moins 
Je file en vélo avec mon barda sur le dos, brrr la polaire n’est pas superflue, c’est une année fraîche comparée aux précédentes éditions, et la météo prévoit même de la pluie à l’heure du déjeuner, pourvu qu’ils se trompent !!!
Je vais déposer fissa mon vélo dans le parc et prépare ma zone avec les affaires. Il faut bien se remémorer tout ce dont on a besoin, et cette année ma femme et mes enfants sont à Paris donc il va me falloir penser à tout !
Départ de la natation en 2 vagues : les femmes (120 participantes) à 9h puis les hommes (1 080) à 9h10. Combis autorisées car eau du lac à 20°. Je papote tranquillement avec mon gentil sponsor et pense à ingurgiter un gel avant le départ, puis file me placer à droite sur la (longue) ligne de départ, en 2ème position.
Il est clair que ça va bastonner, nous sommes vraiment nombreux (et énervés !). Ces moments de (presque) calme avant la tempête sont toujours impressionnants, chacun est concentré, dans sa « bulle », la sono est à fond et l’animateur doit être au Red Bull en intra-veineuse, une vraie pile électrique celui-là (et c’est tant mieux !)
C’est parti à l’heure dite, sous un soleil timide mais sans nuages et en effet ça ne loupe pas, dans l’eau c’est le bordel pour nager vu la densité.
J’essaie tant bien que mal de me concentrer sur ma technique, les deux dernières années je n’étais pas satisfait de mes prestations (respectivement 37’24 et 33’44) et essaie de rester concentré pour optimiser mes trajectoires (ne pas reproduire les erreurs des années passées, où j’avais bêtement rallongé la distance). Cette année, j’ai quasiment 100 km d’entrainements piscine (pour moi c’est beaucoup ! l’an dernier c’était 5 fois moins !). Un peu avant la première bouée nous rejoignons les dernières féminines, puis passage de bouée chaotique (genre pêche de saumons surpeuplés dans des bassins) puis longue ligne droite jusqu’à la deuxième bouée ou je passe en pile 20’, et dernière ligne droite vers l’arrivée.
Confiant, je me dis que l’objectif est atteignable, mais en sortant de l’eau, stupeur, 34’00 au chrono !!! et 174ème temps sur la natation isolée.

Bon, est-ce moi qui ai déconné (malgré des sensations plutôt bonnes) ? Y a-t-il plus de 2 000m ? Pas le temps de tergiverser, je cours vers le parc à vélo en commençant à enlever la combi. En tout cas, ça commence mal, premier objectif (nager en moins de 30 minutes) loupé !
Une fois à mon emplacement, je m’équipe du casque, lunettes, chaussettes, manchettes, avale un gel en vitesse et changement de montre (ma Garmin n’étant pas étanche, mais je préfère disposer des fonctionnalités du GPS en vélo et en cap) et c’est parti ! Je gagne un peu de temps étant désormais équipé d’une trifonction. Je souris en repensant à ces gestes autrefois familiers et synonymes de tant de souvenirs…mais bon restons concentré ! J’espère que la météo sera clémente et le vent pas trop pénalisant. J’attrape mon destrier et me précipite vers la sortie du parc. Comme j’ai changé de montre je ne sais pas combien de temps aura duré la transition mais l’estime à 2-3 minutes, et c’est parti pour la plat de résistance.
Début du vélo (92km et + 1 338m de dénivelé) avec petite modification de parcours vs deux précédentes éditons : fini l’aller/retour vers Baudinard (60ème) sur route étroite où l’on se croisait. Toujours 2 boucles (25 km pour la première puis 67 km pour la seconde)


Les 5 premiers km sont à peu près plats puis on attaque la montée vers Aiguines (400m de D+ sur 5 km), on est tout de suite dans l’ambiance, ça grimpe illico. Je m’efforce de rester concentré en buvant toutes les 10’ et en avalant un gel toutes les 45’. Dans la montée je double pas mal, par contre dans la descente c’est l’inverse, je me fais allumer par tous les excités sur leurs vélos de CLM et qui descendent à tombeau ouvert, même à contresens de la circulation (alors que la route n’est pas fermée…)
Au 15ème km la puce que nous portons tous à la cheville crachera nos temps de passage, ici j’apprendrai que je passerai en 210ème position.
Au ravito du 30ème km j’attrape à la volée un bidon d’eau histoire d’alterner avec la boisson iso, un coup d’œil au chrono : je passe en pile 1h, ce qui est peu ou prou l’objectif. Il fait beau mais pas très chaud et les manchettes s’avèreront un choix judicieux.
Au 40ème km on retrouve notre bonne vieille côte des Battus, longue de 2 km et connue pour son passage à 16%. Hop un gel au passage en bas de la montée, bien casse pattes mais bon je la connais un peu depuis le temps, et mon gabarit (grand et très sec) me favorise du coup je double pas mal dans cette montée, tout en maintenant un cardio à 160-165. C’est donc « tout à gauche » de rigueur (merci le compact et la cassette en 27 !), on tire la langue et on attend que ça passe. Ravito et orchestre en haut de la côte (43ème km) et passage du 45ème en pile 1h30 de selle.


Le changement, c’est maintenant : un peu avant le 50ème km (là où on devait mettre pied à terre les années précédentes en fait) on bifurque à droite vers Riez pour revenir sur la route principale. Au 60ème km je passe en pile 2h, bon question chrono ce n’est pas extraordinaire, je n’arrive pas à aller chercher l’avance dont j’aurai besoin pour casser la barre des 3h.
Dernier ravito au 68ème km, besoin de rien je file puis arrive le 70ème, idem au lieu de tracer tout droit vers l’arrivée on bifurque à droite vers Aiguines, et quelques gouttes éparses commencent à tomber.
Un peu de lassitude quand même (rien d’étonnant, n’ayant fait qu’une sortie « longue » de 65 km) puis à partir du 76ème catastrophe, les nuages noirs nous abreuvent gentiment d’une averse carabinée combinée à de la grêle (!), la température chute brutalement, je suis gelé et je tremble en tâchant d’éviter la glissade. Déjà que je ne suis pas super rassuré en vélo en descente mais alors là, avec la buée, la flotte et la densité des coureurs c’est carrément Beyrouth.
Demi-tour (au 80ème), re-bip pour la puce de cheville (ai rétrogradé à la 290ème place désormais, vous aurez compris que le vélo n’est pas franchement ma spécialité !) et on redescend non pas tout schuss vers l’arrivée. Reste quand même 12 km, et avec cette chaussée trempée, cette descente casse-gueule et ces jantes carbone qui n’aiment ni la pluie ni les patins de frein, je peste au vu du temps que je perds et espère que cet orage va repartir fissa. Cela s’améliore enfin au 86ème, la pluie a cessé (très localisée en fait, dans le village des Salles sur Verdon ils n’ont rien eu) et je me concentre sur ma fin de parcours, en ayant douloureusement pris conscience que je pourrai repasser pour les moins de 3h à vélo sur ce parcours. Argh !
Je reste concentré car je souhaite vraiment réussir une belle course et honorer mon gentil sponsor qui me fait cette faveur. Je mouline sur la fin du parcours et me répète mentalement la chronologie de la transition à venir. Bilan alimentation, 4 gels avalés et un plein bidon de boisson iso en tout et pour tout, cela semble correct.
Je boucle ce parcours vélo en 3h07 (et 421ème place sur le vélo isolé) contre 2h58 en 2012 et 3h04 en 2013. Et de deux objectifs ratés sur 3 pour l’instant, rien ne va plus !
A la deuxième transition, je chausse mes fidèles New Balance (mais cette fois en version trail), coiffe une casquette et c’est parti pour ce qui est censé être ma spécialité…mais cela va dépendre de mon état de forme et de la météo…Moins de deux minutes après, sortie du parc et début de la cap (1 boucle de 16,5k plus une boucle de 3,5k). Les premières sensations sont bonnes, les jambes répondent présentes, au niveau alimentation ça va, juste une envie de pisser que je repousse à plus tard.
Parcours constitué à 90% de chemins et à 10% sur route. Je vais cette fois essayer de réaliser une meilleure prestation, ayant été déçu les deux dernières éditions d’avoir été en mode « je subis la course » et non « je manage ma course » (respectivement 1h37 en 2012 et 1h41 en 2013).
Mon objectif est de me caler sur 4’30 au kilo, en entraînement après avoir roulé j’arrivai à tourner en 4’26-4’27. Les deux premiers kilos sont avalés en 4’30, nickel, je double ceux qui m’ont allumé en vélo (et ils sont nombreux les bougres !) puis au 3ème km comme prévu la fameuse côte de 100m, bien raide, impossible de courir et le cardio grimpe. Je continue mon bonhomme de chemin, à tourner entre 4’15 et 4’40 au kilo selon le relief, et continue de doubler non-stop (c’est bon pour le moral). Les bénévoles, nombreux, ont toujours un mot gentil et un encouragement pour les (tri)athlètes, c’est vraiment une course où règne une ambiance atypique, familiale presque.
Demi-tour au km 7.5, pas de pluie et température idéale, il faut juste rester vigilant car les chemins sur lesquels on court sont caillouteux à souhait et c’est un vrai trail que ce parcours ! D’ailleurs on ne connaît pas le dénivelé de cette partie trail (peut-être pour ne pas nous faire peur ?)
Au 10ème km (passé en 45’, pile dans les temps) j’avale un gel rapidos, pause pipi mais en repartant apparait un point de côté que je garderai jusqu’à l’arrivée (c’est toujours mieux que l’an dernier ou j’avais couru les 20 bornes avec cette même gêne !)
Je retrouve le passage des marches (cette année, je les aurai passées les deux fois en courant et sans marcher !) avant de rejoindre le centre-ville des Salles sur Verdon, déjà le 16ème km, je suis bien, les sensations sont bonnes, je continue d’accélérer…et de doubler. Dernière partie, la deuxième boucle de 3.5 km, même pas mal, je croise mon ex acolyte d’entrainement qui fait gentiment le paparazzi puis dernière ligne droite et l’arche d’arrivée est en vue.
Je cherche du regard mon sponsor pour récupérer un t-shirt à son image afin d’avoir une belle photo finish (je lui dois bien ça !) puis j’accélère pour franchir finalement cette ligne d’arrivée en 5 h 12 minutes 45 secondes et après 1h29 à la course à pied (85ème temps sur la course à pieds isolée, je savais bien que j’avais remonté du monde !).


Bon, sentiments partagés car bien que l’objectif n’ai pas été atteint (12 minutes de trop), seul un des 3 objectifs intermédiaire a été réalisé (celui de la course à pieds) mais sur les trois éditions cela reste mon meilleur chrono.
Au niveau du classement, je finirai 204ème au scratch sur les 1 200 inscrits et 915 finishers (à noter: 140 DNF, 134 DNS et 9 DSQ !). Je pense qu’à l’avenir il faut que je remette mes roues « classiques » sur ce type de parcours et utilisées la première année (Ksyrium SSC SL) et non les Xentis, qui ne sont pas adaptées à ce dénivelé pour mon gabarit (ma moyenne horaire n’est pas assez élevée je pense pour en tirer pleinement parti).
Toujours le ravito plantureux de l’arrivée, le diplôme de finisher est déjà imprimé, c’est très pro de la part de l’organisation, comme pour les deux précédentes éditions !
J’en profite pour aller voir les ostéos sous leur tente car il n’y a pas grand monde, et celui qui s’occupe de moi me dit tout va bien, rien à signaler, aucunes douleurs, c’est à se demander si vous vous êtes donné du mal ??? Donc impeccable, pas de mauvaise surprise de ce côté-là.
En fin de journée publication des résultats (le 1er finit en 4h15, le dernier en …un peu plus de 8h) et remise des prix, les 5 premiers hommes sont impressionnants (le second a participé à un Ironman le dimanche précédent, et a fini 3ème…)
Je dors sur place le dimanche puis lundi matin tôt retour en IDF en train, fin de l’aventure, des souvenirs plein la tête, mais c’était vraiment canon !
Désormais place au marathon de Lausanne dans 3 semaines, l’objectif suivant !
Conclusion : merci tout d’abord à mon généreux sponsor pour avoir pu prendre part à nouveau à cette course fabuleuse (et dans ces conditions). Chapeau bas à toute l’équipe organisatrice pour la qualité de la prestation fournie, toujours avec le sourire et avec efficacité.
Une belle course indéniablement qui a su rencontrer son public et qui assurément le mérite car les prestations fournies par Eric Amattéis et son équipe sont vraiment de haute qualité.
Aucun point n’est laissé au hasard, la preuve l’épreuve attire chaque année de plus en plus de passionnés dans ce cadre canon !
Je dis ce que je pense et je fais ce que je dis: L'IM une fois que l'on y a goûté...
Avatar de l’utilisateur
triathlonnature
Messages : 3133
Inscription : 05 avr. 2008 20:38
Localisation : Jamais très loin d'Embrun
Contact :

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par triathlonnature »

Alors Paki tu t'es bien amusé*

* perso je me suis fait encore des pôtes dans l'enfer du sud
Typhoon
Messages : 110
Inscription : 27 janv. 2009 16:11

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Typhoon »

C'était géant, le seul truc que j'ai vraiment pas apprécié c'est les bonnets de bain pourris... en lambeaux au moment de l'enfilage, du coup pas d'échauffement NAT et je pars dernier avec le bonnet de substitution. Miam... Certes, arbitres et orga au top pour me trouver un bonnet de remplacement à l'arrache mais difficile de plus gâcher le départ et les 800 premiers mètres de nat... Je ne comprends pas trop c'est vraiment une question de qualité du bonnet et tout le reste était géré impeccablement...

Cadre exceptionnel et un esprit parfait côté orga et public. Drafting assez présent mais les arbitres ont cartonné tout le monde. Sur la fin, t'avais quand même des abrutis pour continuer à drafter alors qu'il n'y avait plus aucune excuse objective, y'a vraiment des mecs qui sont accrocs...

Sinon toujours trop de déchets, il faut mettre un max de rouges aux salauds qui polluent c'est tout simplement incompréhensible.

Enfin, je ne comprends pas que d'autres L ou half ne s'inspirent pas de finir sur un trail plutôt qu'un 20 ou 21k de bitume. C'est pourtant évident que c'est le pied et idéal pour éviter les traumatismes.... Franchement cette fin de course, c'était pas le bonheur ?
superpimpin
Messages : 75
Inscription : 22 juil. 2014 21:40

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par superpimpin »

Bizarre ton histoire du bonnet, tu dois être une brute parce qu'au contraire moi j'ai trouvé qu'il était bien mieux que ce que l'on a d'habitude (genre bonnet en tissu tout fin) en plus il était personnalisé avec le numéro donc je l'ai gardé.
Alharmo
Messages : 41
Inscription : 10 août 2014 23:13

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Alharmo »

Oui bizarre aussi pour ton bonnet, je trouve que c'est le plus résistant de tout ceux que j'ai eu. Tu as dû tomber sur le mauvais numéro...
Typhoon
Messages : 110
Inscription : 27 janv. 2009 16:11

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par Typhoon »

En même temps, un ou deux bonnets défectueux dans le lot, ça peut arriver. C'est vrai que le bonnet de remplacement était très solide, pas de pb de ce côté là, alors que le premier, j'ai à peine commencer à le poser sur le crâne sans même l'enfiler que 2 morceaux partaient !
calissano
Messages : 1119
Inscription : 10 août 2010 08:29

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par calissano »

il y a un bruit qui court en provence sur un allongement du parcour avec le tour des gorges.........
le tout sur les distances d un "vrai" longue distance.........
si l orga est sur le forum est ce pour l année prochaine ou plus tard??
SERGE
nlimages
Messages : 81
Inscription : 01 déc. 2012 14:48

Re: triathlon Natureman 2014

Message non lu par nlimages »

Aller, je vais y aller de mon pti compte rendu, comme l'an passé :)

Mais tout d'abord, un clin d'oeil à Augustin. On s'est croisé à vélo :) Tu as un vélo chrono et des couleurs à dominante rouge me semble-t-il ??

Ton prenom est "pas banal" alors j'ai retenu :) Je t'ai rattrapé vers Bauduen, losque ça commence ça remonter, puis redescendre, un peu avant le ravito, un peu après le passage du pont :)

J'étais avec un b-twin triban alu blanc et une tri fonction bleue/orange.

Il me semble qu'après on s'est plus ou moins tenu ?


Aller, copier-coller de mon C/R déposé sur le forum de notre club, les Centaures, à Pertuis (84-Vaucluse)



Un pti compte rendu de ce natureman 
Ca fait ma troisième année que je fais du tri, et du sport réellement. En 2012, après les CD d’Embrun, puis Cassis, je me suis dit qu’en 2013, le Natureman serait mon premier « longue distance ». Après une crevaison et quelques déboires en CàP (gros soucis intestinal qui m’a fait perdre 20 min), c’était décidé, en 2014, je remettrai ça… Ce serait mon objectif de l’année !!! 

Me voilà donc au départ de ce LD, mon deuxième LD de l’année et 6eme tri 2014. Je me sens bien, l’ambiance est top comme l’an passé là-bas. On attend des orages… Je prie pour qu’il n’en soit rien, tout du moins à vélo, car les descentes sur le mouillé… J’ai peur ! Autant monter, peu m’importent les conditions, autant les descentes, je redoute 

Petit repérage le samedi soir de cette fameuse côte de l’enfer, avec de forts pourcentages. Une galère d’un poil plus de deux km… Quelques panneaux Natureman nous mettent dans l’ambiance 

Bref, bon dodo, bon réveil, mais comme d’hab’ avant un tri, une fois la combi néoprène enfilée, je me demande bien ce que je fou là, comment je vais réussir à enchaîner tout ça… Je refais plusieurs fois le parcours dans ma tête, repense à l’organisation des transitions… Et au final, je me dis que finir en 05h30, ça va être compliqué, bon aller, pas pire que 05h45…

Un pti peu d’AC/DC, la pression monte, ça devient bon, et zou le départ est donné, ça se bouscule pas mal, je pars souple, j’essaye de gérer, de garder une bonne ligne pour pas rallonger les distances inutilement, et surtout j’essaye de bien souffler et de pas me cramer… Pas d’entrainement natation entre le 15/07 et le 15/09… Puis je suis sujet aux nausées assez facilement. Il n’en sera rien. Etonnement, tout se passe bien, le retour avec les montgolfières en point de mire est plaisant. On arrive sur T1, à priori 40min pour 2km… Je suis dans le timming. La T1 se passe bien, pour une fois je ne galère pas à virer la combi. Il fait assez chaud pour que je puisse garder uniquement la trifonction. Je m’hydrate, et zou, vélo à la main, je parcours le bike park, j’aperçois mon frère 5sec derrière moi. Je me dis que c’est top, il va vite recoller au début du vélo et on va commencer le parcours ensemble… Malheureusement non 

Bon spa grave, la montée d’Aiguine arrive, je monte souple, un bon rythme, mais il faut garder des forces pour le reste :D Néanmoins, je double du monde, pour le moral c’est bon. Surtout que contrairement à l’an passé, je ne me fais pas vraiment dépasser… Devant moi, ça se chamaille, certains sont déjà très tendus, s’insultent… Hallucinant !!!   Et désolant 
On arrive à Aiguine, je pensais que l’on redescendait immédiatement, ben non, on s’attaque à une portion typée Triathlon de l’Ardèche, bref bcp de relances… Pas grave, j’aime ça  Et ça se passe pas mal, la descente est nickel… Je redoute cependant, une crevaison… Stigmates de l’an passé, mais, non c’est bon, tout s’enchaine bien. On repasse au large des Salles/Verdon, tranquille, puis on arrive sur le premier ravito… Y’a pas mal de pti groupes, et ce qui est dommage, c’est que ça suce bien les roues   Bon, les deux remontées progressives vers Moustier vont en calmer certains.

Aller, on arrive au pied de cette fameuse côte. Qui se passe en deux parties. La première casse les pattes d’entrée, mais fait bien remonter le cœur et réchauffe les muscles. On récupère sur 150m, et c’est reparti… Là, le % augmente, ça monte en lacet et ceux qui se sont vu pousser des ailes, déchantent vite. Je continue en rythme, je dépasse pas mal, je croise mon père en haut, ça m’encourage ! Et sur les 100 derniers mètres, la pente s’affaibli un peu, je passe au pignon supérieur et force un peu pour enquiller sur le re-plat, le ravito arrive, eau, banane, barre, je prends tout et enchaine avec motivation pour attaquer les 10 bonnes bornes du plateau…

L’an passé ça avait grave sucé, cette année aussi j’imagine, mais moi j’étais seul. Je me suis bien donné, et ce ne sont pas les parties que je préfère, mais je suis content d’avoir fait ma course seul  surtout que les groupes sont revenus sur moi juste au moment de descendre sur sainte croix.
Cette descente fait du bien, mais faut garder du rythme  Y’a quelques relances à ne pas louper…

Tout s’enchaine nickel, nous passons le pont qui nous ramène dans le Var, les relances deviennent plus difficiles maintenant, la fatigue se fait sentir. Je vois vite la différence avec les vélos carbone et roues aéro, ils reprennent l’avantage 

Mais le faux-plat qui nous ramène vers Aups après Bauduen est piégeur !! Difficile, large, on n’a pas l’impression que ça monte, on est dans le dur constamment, un vrai piège à énergie, on a vraiment l’impression d’être scotché. Là je me fais un peu reprendre. Le ciel s’assombri, et le tonnerre gronde !! J’en garde un peu pour la fin, il reste une côte de 3km !

Ce gros passage difficile est négocié, maintenant ça file en légère descente vers les Salles, mais l’orage éclate, ça pleut fort, fort, fort !!!! Dans l’absolu ça ne me dérange absolument pas, mais je commence à avoir peur de la descente.

Bon spa grave, la montée est arrivée, elle est bien roulante, je retrouve de l’énergie, c’est le type de route que j’aime, le moral revient. La descente se fait sur des œufs, une fois tout ça négocié, le retour vers les Salles n’est qu’une formalité. Je souffle bien, car mon pb intestinal ressurgi  Comme l’an passé, comme au 70.3 d’Aix en mai… ça commence à me gaver…

Aller, je pose le vélo, j’ai réalisé les 92km et 2h56 environ dans la bonne partie du timing que je me suis fixé, excellent !!!! Je souffle bien, m’hydrate bien, me fait prendre en photo… Je mets ma ptite crème pour mes muscles du tibia qui me font souffrir en ce moment et zou c’est parti pour la troisième étape…

Pas pour longtemps, au bout de 20m cette douleur aux intestins me déchire, je ne peux pas courir… Je marche jusqu’à la sortie du parc, et là je décide d’y aller… Y’a 20 bornes à faire, faut y aller… C’est typé course nature avec de la relance et des escaliers en fin de parcours… J’adore, je ne peux pas laisser passer ça !

Je contracte bien les abdos en courant, la douleur fini par s’estomper, peu à peu, je n’y pense plus ça commence à aller bien.
Mais mes douleurs aux jambes arrivent  Bon je sais plus ou moins les gérer celle- là, je ralenti un poil le rythme, ça passe un peu… La bosse à gros % du km3 va m’aider. Je ne marche que sur les 20 derniers mètres, double quelques gars qui m’avaient repassés en début de parcours CàP, le moral revient, le reste s’enchaine nickel, le rythme va en s’améliorant petit à petit. Y’a quelques relances, je profite au max des ravitos. Et chose nickelle, ils te proposent un gel 200m avant chaque ravito en liquide ! ça c’est vraiment un truc au TOP !!! Bien pensé 

Km 9, puis 11 je me sens bien, je rattrape peu à peu du monde. Je croise un pote en face, on s’encourage mutuellement… J’espère bientôt croiser mon frère, 20-25 min d’écart ça doit être ça normalement… Je croise un centaure, qui n’a pas du comprendre pourquoi je l’ai encouragé :D. Ouais, j’ai pas la tenue du club :D Je ne croiserai mon frère qu’au retour vers le bike parc, km13 de la CàP, mais en spectateur…  Trop de crevaisons à vélo ont eu raison de sa course, il est dépité le pauvre   Bon repasse devant le bike parc, après un pti passage au bord de l’eau, ça veut dire qu’on est au km 14, la fin est proche  Mes escaliers vont arriver aussi et ça j’adore !!!
Ca tombe bien, le temps d’une photo, ils sont déjà là… Les concurrents, s’arrêtent, marchent… Je continue sur mon rythme, celui qu’il faut adopter en trail, franchement ça fait du bien au moral ça !

Pti coup de moins bien à l’attaque du deuxième passage devant le bikeparc pour les 3 derniers km, il faut tenir je me fais dépasser par 2-3 gars. Je retrouve mon frère dans les escaliers… Il est venu m’encourager, nickel… Il m’aide bien, je redouble dans les escaliers je me sens pousser des ailes, même si au final je suis épuisé, il reste 1km, de bitume, de plat, j’envoie tout ce que je peux en accélérant progressivement. A 50m de l’arrivée, ma femme est là, elle a pu venir pour l’arrivée du Natureman, juste le dernier coup de boost moral qu’il faut, je donne tout et termine la CàP en 1h40… Je regarde le chrono, j’ose à peine y croire… 05h21min52sec… Génial !!

Je fini donc 279eme sur 980 finishers, je ne pensais pas que ça se passerai comme ça.

Gilles belle CàP en 1h35 !! Chouette ça !!!


Bon, ben maintenant, cap sur Cassis dimanche prochain.

Là aussi j’aimerai être perfo (pour mon niveau hein), mais on verra en fonction de l’agitation de la mer et de mon reste de forces après ce LD.

En tous cas, nous serons bcp de Centaures je crois, alors ça va être la fête !! Une superbe course, attention elle est exigente, et ce pour les trois disciplines.

La troisième fois que je la ferai en 4editions ! J’aimerai passer sous les 3h cette année.

Bonne prépa à tous  Et @ Dimanche 



Je réitère mes compliments, comme l'an passé. Superbe épreuve, super orga, des bénévoles au TOP. Pas mal de public, c'était sympa. Bref, juste un départ par vague et ce sera nickel !!!!!!
Répondre