Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

Annonces, infos, résultats et lives sur toutes les courses! Vos comptes rendus de courses sont aussi les bienvenus!
cosmoken
Messages : 210
Inscription : 01 juil. 2014 20:09

Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

Message non lu par cosmoken »

Salut,

Je vais participer à un tri de la série Xtri ( http://xtriworldtour.com ) dont fait partie le Norseman, le plus connu.
Ces tris ont les particularités :
- d'avoir les ravitos gérés non pas par l'organisation, mais par une "support team" du concurrent. De plus, généralement, un des supporter doit terminer (10 derniers km environ) la course avec le concurrent.
- souvent d'être dans des conditions météorologiques pourries (il a neigé l'année dernière, un 30 août)
- d'avoir des profils un peu pentus (5000 D+ sur vélo, 1500 D+ à pied)

Mes questions, surtout pour les participants d'éditions précédentes, ce sont :
- comment s'organiser pour les ravitos (nourriture) ?
- quel matériel spécifique laisser avec la support team ? (roues ? réparation ?)
- des conseils sur les équipements (hors ceux obligatoires) ? Genre gants/chaussons néoprène (ici, c'est autorisé en nat)
- des conseils sur l'avant course ? (jours précédents, comme faire une reco ? Il y en a quand même pour 200km...) ?

Merci
xltri
Messages : 55
Inscription : 26 nov. 2015 22:59

Re: Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

Message non lu par xltri »

Hello Cosmiken,

Il y a plein de récits sur la toile avec les choix techniques adoptés par chaque équipe.

Voici à titre d'exemple la préparation de Jérôme (sur XL-TRIATHLON.FR) où il y a d'autres portraits sur plusieurs XTri...
https://xl-triathlon.fr/index.php/parta ... -de-jerome

Bonne prépa !
Avatar de l’utilisateur
MatthieuBG
Messages : 14
Inscription : 18 juin 2020 15:48
Localisation : Lausanne

Re: Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

Message non lu par MatthieuBG »

Salut Cosmiken,

J'ai participé au Norse en 2013 et de ma petite experience voila ce que je peux te conseiller
    comment s'organiser pour les ravitos (nourriture) ? Rien de spécial prépare des petits sacs avec ce que tu veux en mettant les kms ou les donner à chaque fois pour ton support. Un peu comme les pro du Tour :)
    quel matériel spécifique laisser avec la support team ? (roues ? réparation ?) Perso j'avais de quoi réparer 2 crevaisons sur moi et rien d'autre.
    des conseils sur les équipements (hors ceux obligatoires) ? Genre gants/chaussons Néoprène (ici, c'est autorisé en nat) Sur le Norse en 2013 la mété à été très changeante sur le parcours velo. Il faut vraiment prévoir de quoi se protéger du vent (coupe-vent chaud et gant), mais aussi la pluie et surtout des vêtement sec par moment. Donc donne a ton support des vêtements supplémentaire. Une fois en haut à l'arrivée il est bien que ton support est de quoi te mettre au sec et au chaud car après l'effort tu prend vite les frissons, et il faut redescendre quand même :)
    des conseils sur l'avant course ? (jours précédents, comme faire une reco ? Il y en a quand même pour 200km...) ? Je suis arrivé 2 jours avant et fait que la reco de la première bosse en vélo. Comme tu le dit il y a 200kms donc difficile de faire tout. Et surtout de mon point de vue pas sur que ce soit très utile.

    A+
    Matttthiiiiieuuuu :lol:

    :happy-cheerleaderkid: "Freiner, c'est tricher...."
    cosmoken
    Messages : 210
    Inscription : 01 juil. 2014 20:09

    Re: Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

    Message non lu par cosmoken »

    Salut,
    Merci de tes conseils, ma course (IconXtri) était fin août 2019. Voici mon CR perso que je n'ai pas encore publié. Ça servira probablement aux prochains qui auront le courage de le lire et qui se posaient autant de questions que moi.

    CR Icon

    L'Icon Xtri est une petite soeur du Norseman. Cette course existe depuis 2016. L'Icon, c'est :
    - 3.8km en lac de montagne à 1800m à 15.5°C, départ de nuit à 5h15
    - 197km à vélo avec 4600m de D+, 5 cols (dont le Stelvio)
    - 42km à pied avec 1400m de D+ pour les heureux top finishers
    Surtout, un accompagnement obligatoire par une team de supporter, qui doit terminer les 12 derniers km avec le coureur.
    Ma team sera composée de mon épouse, qui assurera les transitions et le finish, mais également de ma mère.
    L'Icon se déroule le 30 août à Livigno (1800m) station de ski italienne à la frontière de la suisse. C'est un temple du vélo, mais également une zone franche.

    *Préparation*
    Plutôt cool, mais constante jusqu'en mars (~6h/sem), puis augmentation du volume progressivement (jusqu'à 11h/sem) avec un petit stage montagne (3 cols importants et 3 randonnées sur 3 jours). Réduction très importante de la charge les 3 dernières semaines.
    En moyenne 10km de natation, 80km de running, 700km à vélo (4000 sur 8mois) par mois sur les 5 derniers mois.
    J'ai essayé d'être intelligent dans la planification de la saison : 1 half en mai et 1 half en juin, puis rien jusqu'à l'Icon.

    *S-1*
    J-3 Reconnaissance à vélo du premier col. Je fais demi-tour rapidement pour éviter de me griller. (40km, 900m D+)
    J-2 Petit footing et reconnaissance des points clés (T3, début de la montée, ravito de la team)
    J-1 Repos total et départ dodo à 20h.
    Au menu, je profite des pâtes italiennes tous les jours.

    Jour J - Vers le départ
    - Réveil aux aurores, mais pas trop tôt : 3h30 (H-1h45). Tout est déjà prêt (sacs, vêtements du matin, etc.), donc pas besoin de se réveiller. D'autant que l'appartement n'est pas trop loin (5').
    - Il fait nuit et frais, voire froid, mais de grands feux sont allumés et permettent de se réchauffer.
    - On craque les lampions de sécurité puis accrochons nos bouées. Une ambiance inconnue commence alors.

    *Natation*

    Départ dans l'eau. On est finalement environ 165 au départ. C'est peu, mais l'absence de luminosité m'obligera à me concentrer pour ne pas rentrer dans les autres nageurs. Je me positionne le plus à droite possible.
    Pan !
    C'est parti. Départ plus tranquille, pas trop la machine à laver qu'on connait. Le plus dur, c'est de voir les autres et les bouées qui indiquent le chemin. Malgré les lumières sur les bouées, celles-ci ne sont pas évidentes à voir.
    J'avance à un rythme tranquille pour éviter de me griller dès la natation.
    Je sens que l'eau n'est pas trop froide (15°C), mais les gants et chaussons (autorisés sur cette course) ne me parraissent pas superflus.
    Demi-tour à 1900m environ (1 seule boucle) puis retour vers la plage. C'est drôle, mais on est loin de la cohue habituelle des passages de bouée. Certes, on est peu, mais tous le monde sait que la journée sera longue.
    Le retour se fera au lever progressif du jour. Heureusement que les brasiers, ainsi qu'une lumière en haut d'une grande échelle de pompier sont là pour aller directement dans la bonne direction.
    Le froid commence à se faire ressentir. Je sens qu'un maillot de bain sous la combi est peut-être un peu léger...

    *T1*
    Arrivée à la plage. Il y a beaucoup de monde. Tous les supporters (en maillot orange obligatoire) sont là à attendre de chaque côté du tapis. Je le saurai ultérieurement, je nage en 1h12, 47e temps.
    Je cours et espère que mon supporter me verra avant l'arrivée à la tente... Ouf, elle m'a rejoint, c'est parti.
    Arrivé dans la tente, nous avions un protocole clair :
    1. On trouve une place (pas encore trop difficile au vu du monde)
    2. Elle coupe la ficelle de ma bouée
    3. Je retire toutes mes affaires de nat (elle m'aide pour les chaussons)
    4. Elle dispose toutes les affaires sur le sol
    5. Elle me sèche
    6. Je m'habille. J'avais envisagé une température froide au début du vélo (il fera environ 3°C), j'ai donc opté pour des gants, une tenue hivernale et un maillot technique chaud. Pour gagner du temps à un changement ultérieur, j'étais en cuissard court. Je craignais de partir congelé, du coup j'avais prévu 2 chaufferettes à mettre dans les gants. Je pense que c'était superflu. Je pars également sans lunettes, vu qu'il fait encore trop sombre.
    7. Je pars prendre le casque et le vélo, puis départ
    8. Elle ramasse toutes les affaires

    Cette préparation aux petits oignons m'a permi de faire une transition éclair (6' quand même, mais 16e temps) et de démarrer le vélo en 28e position

    *Vélo*
    La team était briefée sur le parcours : téléphone prêt avec les positions clés, les parcours, les consignes de ravitos (pas dans les descentes, plutôt dans les montées, pas à plus de 30' de vélo entre chaque, etc.) La consigne principale était de ne pas se rater. Si je ne les voyais pas pendant 30', j'avais pré-établi de les appeler pour éviter de creuser un écart trop important et qu'en cas de problème, j'ai trop à attendre.

    Départ pour une longue journée...

    Le premier col (km16) passe assez vite. Je l'avais reconnu quelques jours auparavant, donc pas de surprise. C'est surtout le moment de se roder avec ma team.
    Deuxième col (km25), j'ai l'impression de gagner beaucoup de places. Je n'ai aucune idée de mon classement, mais tout va bien, et je ne force surtout pas sur les pédales.
    La suite est une longue descente vers le col n°3. Dans la descente, je dois m'arrêter à un feu rouge. Le premier d'une longue série. J'enrage car non seulement je le vois passer au orange quand j'arrive, mais en plus, tous ceux que j'ai doublés dans le 2e col me rattrapent. Feu vert, visiblement, ils descendent franchement mieux que moi, je perds pleins de places. Pas grâve, je continue à mon rythme. Je regrette un peu mon CLM dans cette descente, mais je me rappelle les cols, et je me conforte dans mon choix...
    La descente se finira dans le brouillard, faisant redescendre la température qui montait timidement
    Troisième col (km92). Ça y est, la température monte enfin ! Je me change en court.
    Je m'alimente tranquillement, et ma team me dit de me calmer. Elles connaissent mon classement, mais ne me le disent pas (je suis environ 13e).
    La montée puis la descente sera encore ponctuée de 2 feux rouges... J'ai vraiment pas de bol.
    La descente sera encore rapide, et je commence à avoir mal aux bras dans les descentes dont je ne suis pas habitué.
    Début du col n°4 (km124). La fatigue s'installe tranquillement, mais il est temps de passer aux choses sérieuses : le fameux col du Stelvio (environ 1900m D+, 22km). Je choisis de faire une petite pause auprès de ma team pour ravito/pipi/retrait du maillot technique (il fait alors 23°C).
    Le col commence par une partie dans les bois qui me parait être la plus difficile. Puis la deuxième partie est impressionante : je me rends compte que les virages sont numérotés, mais en fait, ça commence à environ 40...
    Ma team est vraiment parfaite et s'arrête dès qu'elle peut pour me ravitailler (mais j'ai besoin de rien) et surtout m'encourager. Le ballet des voitures suiveuse est infernal, et les supporters des autres équipent encouragent tout le monde.
    La deuxième partie dans les lacets impressionnants passe finalement "rapidement" et j'arrive enfin en haut du Stelvio. Nouveau ravito complet éclair pour récupérer dans la descente qui suit. La descente est longue et pas si reposante que ça : j'ai de plus en plus mal aux bras d'être sur les cocottes.
    Début du 5e col... 180km. Normalement, un vrai Ironman se termine ici. Mais non, il nous reste encore 800m de D+ avant T2. Ce sera un vrai calvaire, la fatigue commençant à se faire ressentir de plus en plus, j'en ai marre d'être sur le vélo. Je récupère la roue d'un vélo derrière lequel, j'avoue que je drafterai à une vitesse moyenne de 9km/h ! Je sens que l'alimentation devient difficile, et ma team me force de plus en plus à ingurgiter des trucs.
    T2 se trouvant à 3km en aval du col, nous avions établi que ma team partirait avant le haut du col pour se préparer à T2.

    *T2*
    Ça y est, je pose enfin le vélo (17e place, en 9h00 de vélo), et mon supporter arrive tout juste en même temps que moi.
    Je pose le vélo, et j'arrive sous la tente. Une nouvelle fois, la transition était planifiée parfaitement :
    1. Je me deshabille
    2. ma team dépose les affaires. Toutes les affaires étaient prêtes et les très bonnes conditions météo m'ont fait opter pour partir léger en vêtement, mais avec un camel back contenant deux bidons d'eau (1er ravito à 13km)
    3. je me rhabille
    Tout était rodé, mais je commence à me mélanger : je chausse mes chaussures de running avant de retirer le cuissard de vélo...
    Je profite du ravito course pour essayer d'ingurgiter quelque chose, mais les gateaux ne font pas franchement envie.
    Allez, je cherche la motivation et c'est parti pour un marathon.
    Avec mon erreur de chaussures, mon manque de motivation, nous parvenons quand même à une nouvelle transition éclair en 5' (21e temps).

    *Running*
    La motivation est dure à trouver. L'envie de manger également, mais je sais qu'il faut manger. Je tente quand même, mais je sens que manger plus me fera vomir.
    Je pars tranquille et je me fais rapidement doubler. Pas grâve, mon objectif est de gérer jusqu'au km42.
    Le premier ravito est au km13, mais nous avions établi un premier ravito avec ma team au km8. Ils devaient entre-temps récupérer le vélo et les affaires de T2 puis me rejoindre.
    Ce ravito me fait du bien au moral. Je ne récupère rien à ingurgiter, voire je me déleste, car 2 bidons étaient vraiment trop.
    Ils m'annoncent enfin mon classement intermédiaire : 15e.
    En route pour le premier ravito. Le chemin est sur une piste cyclable et piétonne où l'on est encouragé par de nombreux passants. Ça donne du baûme au coeur, et je continue.
    Chaque ravito (km13, 18, 23) est semblable : je ne sais pas quoi manger ou boire, alors j'opte pour du coca. Ça passe encore. J'en profite pour boire doucement, et repartir en marchant.
    Les km passent, pas vite, mais ça avance.
    Le km 29 arrive. Je recroise un coureur qui m'a doublé juste après t2, sauf que lui en est au km38 !
    Enfin t3 après 3h30 (km30), à cette transition, on récupère les équipements obligatoires (il a neigé au sommet à l'édition précédente) et surtout notre supporter.
    Les 3 premiers km sont un bonheur et rappellent l'enthousiasme italien : toutes les personnes que nous croisons en ville nous soutiennent chaleureusement. Et puis la grimpette commence (900m de D+). Et là, c'est le drame. Au bout de 100m, ma tête qui tournait un peu s'est mise franchement à tourner. Je m'arrête et attends quelques instants par terre. Deux ou trois teams nous dépassent et me demandent si ça va... Mais ça va pas ! Au bout de 10-15', ça semble aller mieux, et c'est reparti. J'aurai quand même mis 20' pour faire les 400 premiers mètres de l'ascension.
    À partir de ce point, la course se transforme en marche rapide. Il n'est plus question de courir, mais de marcher intelligemment pour rallier l'arrivée. J'ai passé le dernier cut-off à T3, ce serait dommage d'abandonner là.
    Les premiers kilomètres sont les plus durs, mais mon supporter m'aide et elle n'arrête pas de parler. Beaucoup même :) mais ça me change l'esprit. À environ 1km de l'arrivée, on retrouve ma mère qui est montée à pied directement. À 500m de l'arrivée, on voit et entend l'ambiance que le speaker impose et ça redonne du coeur à terminer.
    Les derniers mètres deviennent de plus en plus facile, et le passage de ligne est enfin synonyme de libération après 16h51 et j'ai accroché la 23e place.

    *Conclusion*
    C'était beau :)
    C'était dur, mais pas là où je m'y attendais. Ma grosse difficulté a été ce que je'ai identifié comme une hypoglycémie. L'altitude y est peut-être également pour quelque chose.
    C'était un moment à vivre et à partager avec ceux que j'aime.
    J'aime vraiment ces courses qui regroupe le triptique : pas cher, peu de monde, paysages magnifiques. En l'occurence, pas cher (416€) est à moitié vrai, mais je relativise avec les Ironman(tm).

    *Conseils*
    Team :
    - l'inscription à la lotterie et à la course se négocie en amont avec le conjoint. Sans la validation du conjoint, pas de préparation sereine, et donc pas de course.
    - la team : choisir des personnes proches, qui connaissent le déroulement d'une course. Un niveau élevé en course à pied n'est vraiment pas nécessaire. Ici, c'est ma femme qui m'a tiré sur 10km.
    - briefer la team sur les stratégies vestimentaires/nutritives/parcours/timing. Ceci implique de bien réfléchir en amont sur le timing, le dénivelé.
    - prévoir des tenues adaptées pour toutes les situations (chaud, froid, humide).
    - j'hésitais entre mon CLM (Cervélo S2 avec guidon de tri) ou mon S3 (guidon classique, mais plus léger). Je n'ai pas regretté mon choix du vélo léger (S3).

    Préparation :
    - Le vélo est la clé de tout. Le volume et la qualité du vélo ont permi d'être relativement à l'aise.
    - J'ai mal préparé mon alimentation, ou surtout trouvé des moyens pour ne pas oublier de m'alimenter. Je tolérai tout ce que j'ai ingurgité (sirop, crème de marron, bananes, mini-sandwish) mais je n'en ai pas assez mangé.
    - La régularité de l'entrainement paie. Le volume global est relativement faible, mais c'est ma première année où je n'ai pas d'imprévu (maladie, déplacement professionnel, etc.) me permettant une régularité dans l'effort plutôt qu'un rattrapage permanent des séances.
    - Le vélotaf paie. Mes séances de vélo étaient pour moitié du vélotaf (25kmx2). Elles paient pour la prépa physique (explosivité et force à chaque feu rouge) mais également pour la préparation du matériel, gestion des creuvaisons, gestion du froid, etc.
    - s'entrainer avec tout le matériel au plus tôt. Ce n'est pas en été qu'on s'entraîne pour courir dans des conditions pourries (froid ou pluie)
    Avatar de l’utilisateur
    MatthieuBG
    Messages : 14
    Inscription : 18 juin 2020 15:48
    Localisation : Lausanne

    Re: Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

    Message non lu par MatthieuBG »

    Ca me redonne envie tout ca :)
    Matttthiiiiieuuuu :lol:

    :happy-cheerleaderkid: "Freiner, c'est tricher...."
    Jara
    Messages : 16
    Inscription : 04 févr. 2020 17:26

    Re: Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

    Message non lu par Jara »

    Super débrief... j'ai eu l'impression d'y être !
    EN tout cas ce genre de performance laisse rêveur!! Bravo à toi d'être allé au bout! :clap:
    cosmoken
    Messages : 210
    Inscription : 01 juil. 2014 20:09

    Re: Conseils Xtri (Norseman, Swissman, Celtman, Iconxtri, etc.)

    Message non lu par cosmoken »

    Merci ! En effet, ça redonne envie :D
    J'ai tenté la loterie du swissman cette année, mais je n'ai pas été tiré (et la course est reportée).
    Mais je sens que je retenterai quelques loteries à l'automne...
    Répondre