Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
PEB
Messages : 500
Inscription : 20 mai 2019, 09:37

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par PEB »

Je serai un peu moins optimiste: le vélo taf, c'est bien, mais ça ne remplace pas un entrainement. Je vélotaf aussi, mais je ne le compte même pas car les niveaux d'intensités et/ou de durée sont trop courts. En gros, faire moins de 2h à une intensité inférieure ou égale à de la Z2, ça ne fait pas progresser. Soit c'est court et intense, soit c'est long. Donc pour faire un tri LD il faut a minima être capable de faire 90km en Z3 à l'entrainement en arrivant relativement frais (sinon le jour J, ce sera dur de courir derrière). Pour ça, il faut des entrainements où on va chercher du Z3, du Z4 et du Z5 (évidement sur des périodes courtes) et des entrainements où l'on fait du long (3h ou plus).
Après, si le but est de finir pour arriver à dire qu'on a fini... J'en connais qui le font sans être préparé. Ils finissent en vomissant, perclus de crampes, complétement cuits... Je me demande où est le plaisir et l'impact sur la santé est catastrophique. A mon sens, il ne faut pas faire croire qu'avec juste du vélo taf et une dizaine de sorties un peu plus longue ça passe sans soucis sur du long.
Avatar de l’utilisateur
Razouille
Messages : 51
Inscription : 16 juin 2019, 18:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Razouille »

J'ai bien précisé que : "Mon objectif pour ce premier L n'est pas ultra ambitieux : finir sur mes deux pieds, en courant, et si possible avec la banane."
Et j'ai détaillé mon entrainement hebdomadaire banal - 750h/an environ - sachant que la course est dans 6 mois et que je n'ai pas encore attaqué ma prépa spé.

Je ne me sens donc pas du tout concerné par cette description "Après, si le but est de finir pour arriver à dire qu'on a fini... J'en connais qui le font sans être préparé. Ils finissent en vomissant, perclus de crampes, complétement cuits..." :naughty:

Pour le vélotaf, je ne parle évidement pas des 3,5 km du matin en descente que j'avale en 8 minutes (ce quine m'empêche d'arriver à le bourre un jour sur deux mais c'est une autre histoire) mais des boucles de 2 heures que je fais le soir avec la limite qu'à Paris, avec la circulation, les feux et les piétons, il est bien difficile de tenir une moyenne décente. Je fais assez bien la différence entre 10 minutes à descendre la rue de Belleville, un crochet le soir par le polygone pour y tourner une heure en jean et partir un dimanche matin en cuissard faire un 100pasouf dans le vallée de Chevreuse.

Une fois tout cela dit, je mesure la difficulté d'un 70.3 et je m'y attaque avec beaucoup d'humilité et sans certitude, sinon je n'aurais pas posé de questions. C'est dans 6 mois et il n'y a pas un jour où je n'y pense pas.
Superfana
Messages : 47
Inscription : 05 sept. 2022, 11:32

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Superfana »

Le conseil sans doute inutile, mais comme je me retrouve dans ton expérience et niveau général (en moins bon) et ton humilité, mais un home traîner à la maison? C’étaient juste mes 50 cents dans la machine et pour te dire autre chose que “t’y arriveras jamais”, “ton but c’est juste d’avoir un t-shirt Ironman à porter aux dîners de famille” ou “moi je m’entraîne 60 heures semaine si tu fais pas ça t’es mort”….. Donc bon courage et n’hésite pas à partager tes expériences, ça peut aider d’autres dont moi.
Avatar de l’utilisateur
Razouille
Messages : 51
Inscription : 16 juin 2019, 18:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Razouille »

Merci beaucoup pour ton message.

Le HT j'y ai pensé en effet, et Garmin y a pensé à ma place en m'abreuvant de mails pour essayer de me refourguer son tout nouveau Tacx à 2000 € :D
Mais je résiste.
J'ai déjà un elliptique dans ma chambre depuis une bonne dizaine d'année.
Il a servi globalement comme ça :
- 2012 à 2020 : 2 jours par an comme elliptique / 363 jours comme étendoir à linge
- mars 2020 à avril 2020 : 4 utilisations par jour par roulement tous les jours
- depuis avril 2020 : 365 jours comme étendoir à linge.

Mon épouse, exceptionnellement patiente m'a assez clairement indiqué que la présence d'un home trainer dans le salon n'était pas une option.
Mon défi n°1 étant de finir ma prépa 70.3 en étant toujours marié, je vais plutôt continuer à réfléchir sur la façon dont j'occupe mes dimanches matin :mrgreen:
Superfana
Messages : 47
Inscription : 05 sept. 2022, 11:32

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Superfana »

Je me retrouve pas mal dans tes descriptions et l’accumulation de matos qui finit par rouiller sauf que le hometraîner ne prend pas autant de place que l’éliptique (seum”truc” que j’ai pas) car le vélo tu l’as déjà, et le home-trainer est selon moi bien plus fun et motivant que l’éliptique, je me lasse vite aussi mais sur ton home traîner tu te mets une série et tu pousses et “ça passe tout seul”. L’éliptique c’est pour moi comme un rameur, un assault bike,… ça et lasse au bout de 10 minutes. Donc moi à ta place, mais j’y suis pas, je revends l’éliptique, j’achète un vrai séchoir et un home traîner et je garde ma femme…….
Avatar de l’utilisateur
lopapy
Messages : 2985
Inscription : 24 août 2007, 21:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par lopapy »

Razouille a écrit : 22 déc. 2023, 10:53 Merci beaucoup pour ton message.

Le HT j'y ai pensé en effet, et Garmin y a pensé à ma place en m'abreuvant de mails pour essayer de me refourguer son tout nouveau Tacx à 2000 € :D
Mais je résiste.
J'ai déjà un elliptique dans ma chambre depuis une bonne dizaine d'année.
Il a servi globalement comme ça :
- 2012 à 2020 : 2 jours par an comme elliptique / 363 jours comme étendoir à linge
- mars 2020 à avril 2020 : 4 utilisations par jour par roulement tous les jours
- depuis avril 2020 : 365 jours comme étendoir à linge.

Mon épouse, exceptionnellement patiente m'a assez clairement indiqué que la présence d'un home trainer dans le salon n'était pas une option.
Mon défi n°1 étant de finir ma prépa 70.3 en étant toujours marié, je vais plutôt continuer à réfléchir sur la façon dont j'occupe mes dimanches matin :mrgreen:
C'est le Razouille de Kikourou ?

Tu en es ou ?

C'est quand ton L ?

L'Papy 🧘
Avatar de l’utilisateur
Razouille
Messages : 51
Inscription : 16 juin 2019, 18:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Razouille »

yes l'unique.

Nice le 16 juin :sm2:

Je vais bien, je ne suis pas encore prêt, je n'ai pas assez de temps.

Je travaille souvent le samedi matin, donc je dois choisir ce que je fais le dimanche.
Comme je dois rouler plus que d'habitude, je ne peux courir que trois fois, et même souvent deux fois par semaine.

Je nage comme un parpaing et je suis crevé tout le temps.
Mais ça va le faire :sm1:
la rana ultratri
Messages : 409
Inscription : 12 mars 2022, 10:56

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par la rana ultratri »

je me mêle dans de cette conversation , on est jamais prêt , je fait un 24 de triathlon et un 12 h de vélo avec moins de 500 km de vélo , 200 km de cap et 0 natation , tout est dans la tête :lol: :lol:
Avatar de l’utilisateur
lopapy
Messages : 2985
Inscription : 24 août 2007, 21:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par lopapy »

Razouille a écrit : 17 mai 2024, 23:41 yes l'unique.

Nice le 16 juin :sm2:

Je vais bien, je ne suis pas encore prêt, je n'ai pas assez de temps.

Je travaille souvent le samedi matin, donc je dois choisir ce que je fais le dimanche.
Comme je dois rouler plus que d'habitude, je ne peux courir que trois fois, et même souvent deux fois par semaine.

Je nage comme un parpaing et je suis crevé tout le temps.
Mais ça va le faire :sm1:
En natation ce n'est pas la vitesse que tu dois viser, mais la technique pour nager "a l'aise".
Même si tu perds quelques minutes , si tu ne te bagarres pas dans l'eau tu sortiras frais pour la suite.
Il faut vraiment s'axer sur la technique et les éducatifs pour apprendre à faire les bons gestes. Evitez les gros volumes en pull boy plaquette qui peuvent être réservé aux bons nageurs en phase de musculation.
Si tu es crevé en natation c'est que tu bas trop des jambes car la quadriceps est le premier consommateur d'oxygène.

Tu n'as pas choisi le plus tranquille pour t'amuser en tri, il y en a des moins chers plus cool :sm11:

Amuses toi bien l'ami et cool, comme l'ecrit le rana du tri, "tout est dans la tête" (enfin presque 🤣 😅)
Je vais partir sur l'Alpsman avec moins de 1000km ☺️

L'Papy 🧘
la rana ultratri
Messages : 409
Inscription : 12 mars 2022, 10:56

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par la rana ultratri »

bonne course et fait vous plaisir !!
Avatar de l’utilisateur
Razouille
Messages : 51
Inscription : 16 juin 2019, 18:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Razouille »

merci pour vos messages.

Papy, juste pour préciser, les deux infos n'étaient pas liées.

D'une part, je nage comme un parpaing, ça c'est factuel. Et bien entendu j'ai une technique laborieuse mais j'ai également une absence de prédisposition presque pire que pour la course à pied. J'ai une flottaison négative assez rare. En planche par exemple, je coule. Ça ne m'aide pas.
Mais par contre je peux nager des heures (pas vite) sans fatigue.
Je ne fais pas d'éducatif parce que je déteste ça et que j'ai déjà une vie pro compliquée donc si je dois aussi après 10h de taff me taper des séances de merde à faire du sur place en battant des pieds, ma vie devient triste et j'aime trop m'amuser pour m'infliger ça.
La nage ne me fait donc ni peur, ni perdre d’énergie et je ne sors même pas dans les derniers sur les M. Avec le sel et la combi pour porter mes grosses cuisses, je pense tourner en 2'20 au 100m et les 400m de rabe par rapport à un M ne devraient pas changer grand chose. Et je n'essayerai pas d'aller plus vite car j'en suis incapable.

C'est après que ça va se compliquer. Je fais régulièrement des sorties de 90/100 km avec 1000D+ mais jamais de cols (j'ai pas ça ici) donc je ne sais pas ce que ça fera de monter le col de Vence. Et je ne sais pas si je serai capable d'enchainer le semi. On verra.

Et par ailleurs, j'encaisse mal le package vie pro + vie de famille + 15h de sport par semaine et donc je suis crevé tout le temps :D
Mais je ne suis pas inquiet, je ferai du mieux que je peux, je ne peux pas faire plus à l'entrainement donc je n'aurai rien à me reprocher.

Et puis quand ça sera fini, je retournerai faire des S et de M (je suis déjà inscrit sur le Triacourt de Bois le Roi en septembre).
C'était une connerie de m'inscrire sur ce truc mais j'assume :dance:
la rana ultratri
Messages : 409
Inscription : 12 mars 2022, 10:56

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par la rana ultratri »

au moins je ne suis pas tu seul a nager mal et ne pas aimer m'améliorer , je suis comme toi flottabilité négative et mes records est de 2.5 au 100 m , sur de long ( 5/8 km ) 3' le 100 m :lol: :lol: :lol:
Avatar de l’utilisateur
lopapy
Messages : 2985
Inscription : 24 août 2007, 21:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par lopapy »

Razouille a écrit : 20 mai 2024, 15:18 merci pour vos messages.

Papy, juste pour préciser, les deux infos n'étaient pas liées.

D'une part, je nage comme un parpaing, ça c'est factuel. Et bien entendu j'ai une technique laborieuse mais j'ai également une absence de prédisposition presque pire que pour la course à pied. J'ai une flottaison négative assez rare. En planche par exemple, je coule. Ça ne m'aide pas.
Mais par contre je peux nager des heures (pas vite) sans fatigue.
Je ne fais pas d'éducatif parce que je déteste ça et que j'ai déjà une vie pro compliquée donc si je dois aussi après 10h de taff me taper des séances de merde à faire du sur place en battant des pieds, ma vie devient triste et j'aime trop m'amuser pour m'infliger ça.
La nage ne me fait donc ni peur, ni perdre d’énergie et je ne sors même pas dans les derniers sur les M. Avec le sel et la combi pour porter mes grosses cuisses, je pense tourner en 2'20 au 100m et les 400m de rabe par rapport à un M ne devraient pas changer grand chose. Et je n'essayerai pas d'aller plus vite car j'en suis incapable.

C'est après que ça va se compliquer. Je fais régulièrement des sorties de 90/100 km avec 1000D+ mais jamais de cols (j'ai pas ça ici) donc je ne sais pas ce que ça fera de monter le col de Vence. Et je ne sais pas si je serai capable d'enchainer le semi. On verra.

Et par ailleurs, j'encaisse mal le package vie pro + vie de famille + 15h de sport par semaine et donc je suis crevé tout le temps :D
Mais je ne suis pas inquiet, je ferai du mieux que je peux, je ne peux pas faire plus à l'entrainement donc je n'aurai rien à me reprocher.

Et puis quand ça sera fini, je retournerai faire des S et de M (je suis déjà inscrit sur le Triacourt de Bois le Roi en septembre).
C'était une connerie de m'inscrire sur ce truc mais j'assume :dance:
Arf... Comme moi, tu as des "muscles de noir", CAD une densité musculaire importante qui te coule.

Ce que tu écris est classique du CAP qui se met à la natation.
Tu n'as aucun plaisir à faire des éducatifs car tu n'as jamais eu la chance d'en connaître le résultat.

Quand je prends des profils comme le tien en natation, je reçois le même discours puis, au fur et à mesure des enseignements de base, je note la surprise du plaisir à nager.
Ils ne sont pas devenu de grands nageurs, mais ont touché du doigt ce plaisir de sentir la glisse par moment.
Et pour un profil comme le tien, arriver à faire 25m en glisse est un graal qui transforme positivement le plaisir d'aller nager

Je ne peux ici te donner plus d'info mais je te conseille de regarder le site natationpourtous ou il y a les tips de débutants. Faire les exos de base pour apprendre à nager, comme battre legerement des pieds pour flotter ou faire la flèche et aller le plus loin possible sans bouger après avoir poussé au ou encore savoir plonger sans que les lunettes se barrent sont des exercices de bases qui aident beaucoup plus que des km en PB/PL 😅

L'Papy 🧘
Avatar de l’utilisateur
Razouille
Messages : 51
Inscription : 16 juin 2019, 18:11

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Razouille »

merci pour tes toujours précieux conseils.
J'ai un peu trainé sur natation pour tous : https://www.natationpourtous.com/forum- ... php?t=9826

et j'ai pris quelques cours particulier avec un maitre nageur mais il y a eu le covid et la coupure de près d'un an sans pouvoir nager. Il faudrait que je m'y remette un de ces 4...

Bon courage pour l'alpsman
Will Barnes G
Messages : 25
Inscription : 30 mars 2023, 07:06

Re: Dans quel mesure chaque sport peut-il faire progresser dans un autre?

Message non lu par Will Barnes G »

Razouille a écrit : 25 mai 2024, 00:19 merci pour tes toujours précieux conseils.
J'ai un peu trainé sur natation pour tous : https://www.natationpourtous.com/forum- ... php?t=9826

et j'ai pris quelques cours particulier avec un maitre nageur mais il y a eu le covid et la coupure de près d'un an sans pouvoir nager. Il faudrait que je m'y remette un de ces 4...

Bon courage pour l'alpsman
Razouille a écrit : 25 mai 2024, 00:19 merci pour tes toujours précieux conseils.
J'ai un peu trainé sur natation pour tous : https://www.natationpourtous.com/forum- ... php?t=9826

et j'ai pris quelques cours particulier avec un maitre nageur mais il y a eu le covid et la coupure de près d'un an sans pouvoir nager. Il faudrait que je m'y remette un de ces 4...

Bon courage pour l'alpsman
J'ai toujours été un piètre nageur. J'ai commencé à progresser il y a 8 ans grâce à la pratique du yoga qui m'a permis de développer la mobilité de ma ceinture scapulaire et là j'ai rapidement eu des sensations différentes, une meilleur glisse, de meilleurs appuis dans l'eau. Avant ma rupture de tendon à l'épaule il y a quatre ans j'avais réussi à atteindre les 1'40'' / 100m ce que je n'aurais jamais cru possible tellement auparavant je m'arrachais d'en l'eau sans résultats probants. Je plafonnais aux alentour de 1'50'' / 100 depuis mes débuts en triathlon en 1997. J'ai aussi modifié mon entraînement avec plus de seuil anaérobie.
Je n'ai jamais trouvé les éducatifs très efficaces me concernant mais ma professeure de yoga ma offert un bouquin dédié à la natation dans lequel j'ai trouvé des exercices intéressants comme par exemple celui de nager le crawl avec des mouvements de jambes de brasse (et vice-versa). L'intérêt est de bousculer nos "schémas proprioceptif", le mélange des deux styles est tellement perturbant qu'il oblige à se concentrer encore plus sur notre gestuelle. Le rattrapé, la main sur l'épaule pendant le retour aérien avant l'entrée de la main dans l'eau, etc. m'ont toujours ennuyé. Je les trouve bêtement répétitifs et le temps aidant combiné à l'expérimentation d'un exercice comme celui cité ci-dessus j'ai compris qu'ils ne m'ont jamais fait ressentir quoique ce soit.
Dernier point, je pense qu'il est indispensable de nager souvent seul, c'est le seul moyen de se concentrer convenablement sur sa nage pendant son entraînement. A vouloir suivre quelque autre nageur (ou nageuse), généralement meilleur(e) que soit, on est plus focalisé sur le besoin de fournir un effort pour suivre le rythme qu'à maîtriser à la fois son effort et sa technique. (C'est valable à vélo et en CP.)

Pour finir, un retour sur le thème du post
Le transfert d'un sport à un autre est avant tout cardio-vasculaire, il y a aussi d'autres phénomènes physiologiques complexes qui interviennent mais je ne maîtrise pas le sujet pour me permettre d'en parler, je fais donc juste qu'une déduction logique approximative : intervention du système nerveux à l'effort, intervention du système hormonale, etc. Ils sont combinés et dès l'instant qu'ils sont développés par la pratique de la course à pied, par exemple, il est plus que probable qu'ils soient adaptés à la pratique du cyclisme et de la natation et que le fait de débuter dans ces disciplines ne nécessitera pas de redévelopper ces systèmes.
Sur le plan musculaire c'est une autre affaire et là je vais faire part de mon expérience. N'ayant pas pu véritablement nager pendant plus de trois ans la reprise de la natation n'a pas été simple, la perte de force et d'endurance musculaire étant telles que les premiers mois ont été compliqués, par contre, ayant pu faire du vélo, principalement sur home trainer, j'ai maintenu une activité cardiaque. Si les muscles de mes bras et de mes épaules étaient en "souffrance" pendant mes premières séances de natation, au niveau du souffle (donc d'apport d'oxygène par la circulation sanguine) j'étais dans le confort. Dès que je m'en suis senti capable je me suis mis à faire du développement à VMA et je n'étais absolument pas essoufflé, j'étais simplement limité par le fait que mes muscles se chargeaient rapidement en acide lactique et qu'ils présentaient l'aptitude à utiliser l'oxygène et à recycler l'acide lactique du niveau de celui d'un moteur de 2CV alors que j'avais auparavant les capacités d'une bonne routière (à défaut d'avoir ceux d'une Ferrari...) Dès l'instant qu'un muscle est entraîné il maintient une capacité à se reconstruire rapidement même après un arrêt de quelques mois suite à une blessure par exemple, ce qui ne semble plus être le cas lorsque l'arrêt est prolongé plusieurs années.
Idem en course à pied. Je n'ai pas pu courir pendant cinq années suite à un enchainement de situations qui m'ont déstabilisées psychologiquement et qui se sont traduites par des tendinites d'Achille persistantes. Je constate que la pratique du vélo, malgré tout, permet de maintenir actives les chaines musculaires sollicitées pendant la course à pied. Ce n'est pas non plus du 100% mais c'est mieux que rien. Je reprends depuis peu la course à pied et encore une fois sur le plan cardiaque je constate les effets des séances de développement à PMA et au seuil lactique effectuées sur le home trainer. Ce qui m'a surtout surpris c'est d'avoir gardé de bonnes sensations en termes d'appuis (je cours médio-pied car j'ai pratiqué l'athlétisme quelques années) et de réactions des pieds au sol lors de ma course, c'est probablement lié à ma pratique du yoga car elle comprend un important travail de souplesse, les enchainements d'asanas sont aussi dynamiques et ils y a beaucoup d'exercices d'équilibre qui permettent d'entretenir la proprioception. Mes tendinites n'ont pas été un frein à la pratique du yoga, bien au contraire, celui-ci m'a aidé à les soigner. J'arrive à courir 50 minutes à environ 10km/h sans trop de difficultés mais avec de bonnes courbatures le lendemain :D Après 5 années sans courir je suis plus que satisfait.

Voilà, si ça peut répondre à quelques questions ou en amener d'autres !
Répondre